A town where you live (Kouji Seo)

L’amour sur fond de campagne. 15/20

Le synopsis:

Haruto est un jeune homme vivant dans la campagne japonaise. Mais un jour, Yuzuki, originaire de Tokyo, vient habiter chez sa famille afin de passer ses années lycées loin de la ville. Cette nouvelle ne satisfait guère Haruto, d’autant plus que la jeune fille est extrêmement maladroite et va se révéler un boulet qu’il doit traîner. Elle va créer des situations de quiproquo, notamment auprès de Nanami, la fille dont notre héros est amoureux depuis le collège. Pourtant il va finir par s’attacher à la jeune citadine.

La critique: 

Tout d’abord l’intrigue peut paraître très habituelle, et laisse penser à une histoire d’amour au coeur de laquelle le jeune héros hésitera entre son amour de jeunesse et la nouvelle arrivante. Il me semble que certaines scènes sont très prévisibles. Ainsi, il n’y a pas de grande nouveauté dans ce manga, si ce n’est le fait que l’histoire ait lieu dans la campagne japonaise. Cela va avoir son importance pour certaines scènes. En effet, Haruto doit aller au lycée en vélo, mais Yuzuki ne sait pas en faire. Ils doivent donc aller en cours ensemble, ce qui va contribuer à donner l’impression à leurs camarades qu’il y a quelque chose entre eux.

Malgré cette intrigue plutôt traditionnelle, je trouve que les dessins sont assez sensibles. En effet, les traits sont fins et les émotions transparaissent bien sur les visages des personnages. Il faut également noter des passages très drôles. En effet, le mangaka joue sur les codes du shonen, en créant des petites vignettes drôles sur certaines pages, à la manière des cartoons.

De plus, les personnages sont particulièrement attachants, ce qui peut faire qu’un lecteur accroche à la série malgré un schéma d’intrigue assez prévisible.

Ainsi, Haruto est un garçon un peu bourru, qui rejette au départ Yuzuki. Mais il finit par s’attacher à la jeune fille, ne voulant pas qu’il lui arrive quelque chose. Malgré son caractère grincheux, il n’hésite pas à aller en ville et agit comme un gentleman avec elle. Yuzuki quant à elle est assez mystérieuse. Nous ne connaissons pas les raisons qui l’ont poussée à partir de Tokyo pour venir étudier dans un lycée de campagne. Cependant elle se montre très expressive et un peu maladroite. Elle est pleine de vie, dit ce qu’elle pense, et fait preuve d’une grande joie de vivre. Face à elle, le personnage de Nanami est plutôt discret et timide. Les deux jeunes filles sont donc terriblement opposées, ce qui ne les empêche pas de devenir amies.

Les personnages secondaires ont également une certaine importance, contrairement à certains mangas qui se concentrent sur les personnages principaux. Ici, les meilleurs amis d’Haruto jouent un grand rôle, Takashi va tomber amoureux de Yuzuki, ce qui va également mener à d’autres triangles amoureux. Ainsi, l’amour est au centre du manga, et semble être la préoccupation majeure de ces lycéens.

En bref, je conseille ce manga aux personnes qui apprécient les histoires d’amour complexes mais prévisibles, qui apprécient les histoires réalistes et les personnages attachants.

L’auteur:

Kouji Seo est un mangaka japonais spécialisé dans l’écriture de shojos mêlant romance et sports. Il est particulièrement connu pour la série Cross Over mais aussi Sakuka. Son premier manga, un one-shot intitulé Half & Half était une courte histoire publiée en 1996 dans le magazine Fresh. Il lui a valu de recevoir le prix hebdomadaire de manga par un débutant. Ainsi, il a écrit plusieurs séries dont A town where you live, publiée depuis 2008 au Japon, qui comporte 27 tomes. En France, il est publié par Pika.

Le détail:

Le manga se déroule dans la campagne japonaise, là où a vécu le mangaka. En effet, il a souhaité rendre hommage au lieu dans lequel il a grandi. Dans le manga, on peut voir qu’il y a une grande attention portée au paysage. Ainsi les trajets à vélo sont l’occasion pour Yukuzi de découvrir l’environnement dans lequel elle va vivre, mais cela permet également au lecteur de découvrir des paysages qu’il ne connaît pas, étant donné que les mangas se situent souvent dans les grandes villes. Ici l’ancrage dans la campagne permet d’amener une certaine fraîcheur.

La parenthèse:

Dans le manga, on peut voir que les élèves doivent obligatoirement choisir en début d’année un club. Cela peut nous paraître étrange car en France le sport et les activités artistiques ont lieu hors du lieu de scolarité. Or au Japon, les clubs sont obligatoires. Il en existe beaucoup, qu’ils soient sportifs ou artistiques. Même si un professeur supervise l’activité, ce sont les élèves qui s’organisent entre eux, en élisant par exemple des responsables. Ainsi Nanami va participer au club de baseball car son frère est le dirigeant du club et qu’il veut absolument qu’elle y participe. Le manga nous montre donc ce fonctionnement et le grand choix qui existe. Les clubs ne sont pas une simple option et les  élèves sont donc tenus d’y assister. 

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *