Accel World – Volume 1 (Reki Kawahara & Hiroyuki Aigamo)

Un univers complexe ancrée dans une réalité virtuelle. 16/20

Le synopsis :

Haruyuki Arita est un collégien mal dans sa peau, martyrisé par les élèves populaires de son école. Il se réfugie grâce au Neuro-Linker dans le monde virtuel, où il excelle, notamment en squash. Voyant ses capacités virtuelles hors-normes, la vice-présidente du conseil d’élèves, Kuroyukihime, partage avec lui le programme « Brain Burst », qui permet d’accéder à l’Accel World, un monde virtuel « accéléré ». Dans l’Accel World, Haruyuki va devoir se battre contre d’autres Burst Linkers pour atteindre le sommet de leur hiérarchie et découvrir le vrai but du programme…

La critique :

Comme dans Sword Art Online, Reki Kawahara aborde dans Accel World le thème de la réalité virtuelle. Il existe cependant une grande différence entre les deux séries. Ene effet, si dans Sword Art Online, les personnages sont piégés à l’intérieur du jeu en ligne auquel ils participent, dans Accel World, les personnages choisissent de continuer à utiliser le Brain Burst pour « accélérer » leur conscience, augmenter leur niveau, et surpasser leurs adversaires.

Kawahara semble donc changer de perspective par rapport à son thème de prédilection. Ainsi, plutôt qu’un piège, un obstacle à la communication et au contact humain, la réalité virtuelle devient ici un moyen de dépasser sa propre condition. Fait particulièrement évident dans le cas du personnage d’Haruyuki, dont l’avatar est l’opposé esthétique et physique, même si la force d’Haruyuki vient de son intellect plutôt que de la force virtuelle de son avatar, Silver Crow.

Comme de nombreux shonen (livres destinés aux adolescents), Accel World base son intrigue sur un univers complexe, avec des règles précises. Si l’abondance de jargon (Neuro-Link, Brain Burst, Burst Linker, etc.) peut rebuter le lecteur, toute la mythologie d’Accel World est rendue très accessible grâce au personnage de Kuroyukihime qui, tout en expliquant tous les concepts importants à Haruyuki, fait un travail d’exposition efficace pour le lecteur. Malgré la complexité des idées développées par Kawahara et les nombreux néologismes utilisés par les personnages, il est donc facile pour le lecteur d’Accel World d’assimiler tous les points importants de l’univers sans perdre le fil de l’intrigue.

Outre les spécificités de son univers, Accel World aborde les thèmes habituels du shonen. De fait, Haruyuki connaît les joies et les souffrances typiques des collégiens de manga: du premier amour à l’amitié compliquée, en passant par le harcèlement scolaire et les bento (repas du midi conservé dans un tupperware). Cependant, toute cette partie d’Accel World passe vite à l’arrière-plan au profit de la réalité virtuelle. On peut donc  considérer que Kawahara n’établit cette existence classique pour Haruyuki que pour donner plus d’attrait à la réalité d’Accel World et à l’intrigue de la série. Ce qui ne veut pas dire que la réalité, dans Accel World, soit totalement dépourvue d’intérêt : les amis d’Hariyuki, Chiyuri et Taku, ont une grande importance dans sa vie. Sa relation avec eux est, d’ailleurs une grande source de tension dramatique.

L’auteur:

Reki Kawahara est un auteur de light novels (romans pour la jeunesse), dont les deux séries principales, Sword Art Online et Accel World, explorent le thème de la réalité virtuelle. Très populaires, ses romans ont été adaptés en manga, anime, jeux vidéos, et divers spin-offs. Il lance en 2014 Absolute Solitude, light novel qu’il a d’abord publié sur son site internet personnel.

Hiroyuki Aigamo est une dessinatrice de manga qui utilise un pseudonyme masculin ; avant Accel World, elle a travaillé sur Trinity x Venus.

Le détail :

Haruyuki est un héros de shonen de combat inhabituel. En effet, si la plupart des personnages de ce type de manga, destiné aux adolescents, représentent un idéal physique et sont des combattants hors-pairs (voir Ichigo dans Bleach ou Goku dans Dragon Ball), Haruyuki, lui, ne possède ces caractéristiques que dans le monde virtuel de l’Accel World. Dans le monde réel, il est en surpoids, laid, et impopulaire. Reki Kawahara pousse ainsi au maximum le contraste entre Haruyuki et son avatar, Silver Crow, tout en évitant certains clichés du shonen.

La parenthèse :

Les amateurs d’Accel World (Ototo) apprécieront aussi Sword Art Online, du même auteur, qui explore des concepts similaires ; la différence importante entre les deux séries est que le monde virtuel de Sword Art Online se rapproche plus d’un monde de MMORPG, alors que celui d’Accel World est essentiellement un jeu de combat. On peut aussi mentionner les adaptations animées des deux séries, et la série Chaos;Head (visual novel et anime), dans laquelle un jeune hikikomori (atteint de phobie sociale) découvre que les hallucinations dont il souffre sont réelles et que le monde qu’il connaît cache une réalité très différente.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
 Page Facebook : Masscritics
 Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *