Alive (Tadashi Kawashima)

Alive , quand la mort devient attirante 12/20

Le synopsis:

Après la mort de ses parents dans un accident, Taisuke Kanô est devenu un jeune homme turbulent, élevé par sa sœur. Jeune homme plutôt solitaire, il est ami avec Hirose, un garçon souffre-douleur de ses camarades et Megumi, une jeune fille forte. Mais cet univers chaleureux va être brisé par un événement surnaturel. Alors qu’il est en cours, Taisuke semble être transporté dans un univers parallèle. A la suite de cette vision, le Japon et le monde entier subissent une grande vague de suicides. Taisuke voit une jeune fille sauter du haut d’un immeuble, avec un sourire apaisé. La mort apparaît alors comme un état de calme, qui attire les hommes.

La critique:

Après la lecture des premières pages d’Alive, je pensais avoir affaire à un manga de type shonen traditionnel, c’est à dire un manga avec de l’action, mais aussi avec beaucoup d‘humour. Le personnage d’Hirose me semblait être le type même du héros habituel, un peu faible, mais doté d’un talent secret. Finalement, mon intuition était bonne, à la différence que son talent n’était pas très positif. Je vous laisse découvrir cela dans le manga, car l’effet de surprise est très bien réalisé.

En effet, la rupture avec l’ambiance chaleureuse du début se fait d’une manière très brutale. Le premier suicide que nous voyons est inattendu dans l’intrigue. A partir de ce moment clé le manga prend une dimension beaucoup plus sombre, mais surtout dérangeante. Le thème de la mort, et du suicide notamment, est traité d’une manière peu traditionnelle. Il s’établit une sorte de hiérarchie, avec des personnes qui se suicident, d’autres qui ont envie de mourir mais ne le font pas, avec également l’apparition de certains talents chez des individus particuliers.

Le dessin fait parfaitement apparaître l’ambiance étrange du manga. Un des personnages est particulièrement effrayant physiquement, avec un physique proche de celui d’un psychopathe. Les dessinateurs n’épargnent pas de scènes de violence, et nous montrent plusieurs suicides, plusieurs meurtres. Ainsi le manga ne s’adresse pas à tous les publics. Je pense qu’un public trop jeune pourrait être choqué par ce changement d’atmosphères et par cette violence gratuite de la part de certains personnages.

En opposition avec cette folie et cette violence, je parlais plus haut du caractère apaisant de la mort dans le manga. Là encore la sensation est parfaitement rendue. Les personnages qui choisissent la mort montrent un grand calme, avec un visage très apaisé, ils sont sûrs d’eux. Une ambiance très particulière est créée à partir du dessin. L’intrigue quant à elle avance très rapidement. Dès la fin du premier tome les éléments de l’action sont en place. De nombreuses questions se posent, et tout lecteur veut connaître la suite lorsqu’il ferme le manga. Il n’y a pas de temps mort, la présentation des personnages se fait en contexte, mis à part quelques flash-backs qui viennent expliquer le passé de Taisuke et Hirose.

Les caractères des personnages apparaissent de manière efficace, mettant ainsi le lecteur face à des héros aux caractéristiques habituelles. Megumi représente la jeune fille intelligente du groupe, celle qui réfléchit et n’hésite pas à dire ce qu’elle pense. Hirose est le garçon introverti, qui sert de souffre douleur à ses camarades. Taisuke est la tête brûlée du groupe, élève turbulent, mais plein de bons sentiments. Sa grande sœur, Yokô Kanô, est le type même de la sœur un peu bourrue qui adore son frère et veut prendre soin de lui, tout en étant un peu virulente avec lui. Ces personnages types créent un univers familier pour le lecteur, qui identifie dès le départ les enjeux de l’intrigue.

Je ne conseille pas ce manga à un public trop jeune, qui risquerait d’être choqué par certaines scènes. L’univers choisi et le thème sont relativement dérangeants car le manga traite de la mort, mais d’une mort attirante. Il faut donc aimer les ambiances plutôt sombres, et les histoires fantastiques. Les pouvoirs dans cette série ne sont pas une chose normale, acceptée par la société. La vague de suicides peut mettre très mal à l’aise.

L’auteur:

Trois personnes interviennent dans la création d’Alive (Pika) : le scénariste Tadashi Kawashima et les deux dessinatrices connues sous le pseudonyme Adachitoka. Tadashi Kawashima est décédé le 15 juin 2010, à la suite d’un cancer. Celui-ci s’est déclaré lors de l’écriture de la série Alive, mais le scénariste a décidé de continuer quand même, affrontant sa maladie. Pour le dessin, deux jeunes mangas se cachent sous le pseudonyme Adachitoka : Adachi qui s’occupe des personnages au premier plan et Tokashiki qui s’occupe plutôt des paysages et de l’arrière plan. Elles ont également travaillé sur le manga Noragami.

Le détail:

Le thème de la mort est omniprésent dans les mangas japonais. On ressent une grande fascination pour cet élément dans un grand nombre de séries. Souvent, on nous montre des personnages qui oscillent entre la vie et la mort. Mais dans la série Alive, la mort devient un danger attirant. Lorsque Taisuke voit la jeune fille se suicider sous ses yeux, il l’envie, la mort le tente. Hirose, lorsqu’il apprend le suicide de sa mère, en est content. Ce traitement particulier de la mort est créateur de l’originalité du manga.

La parenthèse:

Finalement, le genre de ce manga serait plus proche de l’horreur. On y ressent un grand sentiment d’angoisse. La vague de suicides reste sans explication, les pouvoirs apparaissent à la suite d’une vision des personnages seul dans l’espace. Rien n’est clair dans l’esprit des personnages, mais aussi dans l’esprit du lecteur. De plus, certains des individus du manga sont créateurs de malaise, car nous percevons leur folie, leur envie de meurtre et leur déséquilibre. Ainsi on retrouve beaucoup de scènes de violence, à la fois mentale et physique. C’est une série très anxiogène, qui joue beaucoup sur le sentiment de malaise.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
 Page Facebook : Masscritics
 Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *