Aristophania: 1.Le royaume d’Azur (Dorison/Parnotte)

Une bande dessinée envoûtante et pleines de mystères! 20/20

Le synopsis:

1900, Marseille. Clément un ouvrier est tué par un certains Barboza, dans des circonstances pour le moins étranges.

Neuf ans plus tard, ses trois enfants, se retrouvent livrés à eux même alors que leur mère croupit en prison. Mais la vieille femme élégante et mystérieuse qui se trouvait aux côtés de Clément au moment de sa mort revient : elle se prénomme Aristophania et compte bien protéger les enfants de la menace qui plane sur eux.

Elle décide alors de les prendre sous son aile et les installe dans une demeure de rêve à deux pas de son propre château. Répondant à une curiosité bien naturelle, les enfants vont alors tenter d’en apprendre davantage sur leur bienfaitrice. Ce qu’ils vont découvrir dépassera de très loin tout ce qu’ils avaient pu imaginer…

La critique :

Petit bijou de Fantasy, ce premier tome nous plonge dans une intrigue pour le moins rythmée et palpitante. Alternant superbement entre rebondissements, action pure et scènes plus contemplatives Dorison et Parnotte nous plongent dans une histoire captivante et pleines de mystères.

Dans une atmosphère fin XIXe, nous sommes d’abord immergé dans un univers industriel et ouvrier. Un monde rude où la pauvreté et les conditions de vie difficile font enfler la colère et le sentiment d’injustice. Puis, alors que la situation des trois enfants semble désespérée Aristophania reparaît et le décor change totalement pour laisser place à un environnement beaucoup plus bucolique, presque onirique.

Vieille dame élégante et mystérieuse celle-ci apparaît comme une véritable bienfaitrice. Mais à mesure qu’avance l’histoire, on se rend bien compte qu’elle sera bien plus que cela. Car la comtesse semble cacher bien des secrets et son statut évolue au fil du temps, laissant deviner qu’elle deviendra dans les tomes suivant une sorte de mentor pour les trois orphelins.

En ce qui les concerne, les trois enfants sont particulièrement attachants. En outre, leur personnalités d’ailleurs assez stéréotypées, s’accordent et se complètent à merveille, laissant deviner qu’il formeront certainement une équipe forte et soudée dans les prochains tomes.

Mais le gros point fort de cette bande dessinée, il faut bien le dire, c’est le superbe dessin de Joël Parnotte. Il nous offre ici de splendides décors, sombre ou lumineux mais toujours très fouillé, qui nous plonge directement dans une ambiance très particulière. Et les personnages ne sont pas en reste ! Le trait est fin, précis. Un véritable régal pour les yeux. Tout cela s’accorde parfaitement au merveilleux scénario de Dorison qui dévoile ses secrets au compte goutte et achève de nous conquérir.

Nul doute qu’Aristophania, Le royaume d’Azur saura conquérir les amoureux de Fantasy, ou tout simplement ceux à la recherche d’une histoire mystérieuse et envoûtante. Vivement le tome 2 !

L’auteur :

Après avoir fait les Beaux Art de Versailles Joël Parnotte suit le cursus bande dessinée à Angoulême. Diplômé d’une école de commerce Xavier Dorison débute dans l’univers de la bande dessinée avec Le troisième Testament. Enseignant à l’école Emile Cohl à Lyon, il est également script doctor pour le cinéma et scénariste de nombreuses série à succès.

Le détail :

A terme cette nouvelle série de Fantasy devrait compter quatre tomes. Le second volet devrait paraître en octobre 2019 aux éditions Dargaud.

La parenthèse :

Ce n’est pas la première fois que Dorison et Parnotte travaillent ensemble. En effet, nous avions déjà eu l’occasion de constater l’efficacité de leur duo avec Le maître d’armes. Nous ne pouvons d’ailleurs que vous conseiller cette bande dessinée!

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *