Au Soleil redouté (Michel Bussi)

Un séjour qui aurait pu être paradisiaque ! 19/20

Le résumé :

Au Soleil redouté (Presses de la Cité) : Un célèbre auteur de best-sellers organise un atelier d’écriture au cœur des Marquises, à Hiva Oa. Cinq candidates ont été retenues et bénéficient d’un séjour tous frais payés sur cette magnifique île. Peu de temps après leur arrivée, Pierre-Yves François (PYF) leur dicte le premier exercice. « Avant de mourir je voudrais »… à partir de là, commence un jeu dangereux ! Simple mise en scène ou véritable scène de crime ? Dans cet univers idyllique coupé du reste du monde, chacun devra écouter son instinct tout en écrivant la moindre de leur pensée.

La critique :

Dans ce récit chaque apprentie auteure a une personnalité bien distincte et ne se ressemble en rien. Les seuls points commun que nous pouvons voir entre elles sont leurs cachotteries et leur envie d’écrire à première vue. Aux côtés de ces stagiaires, il y a Maïma et Yann.

Maïma est une jeune fille pleine de ressources qui mettra toutes les chances de son côté afin de démêler l’affaire et de faire éclore la vérité. Yann, lui, accompagne sa femme. Il est commissaire de police et veut prouver à tous qu’il est suffisamment malin pour résoudre les différentes énigmes qui arrivent jour après jour. A-t-il lui aussi des secrets ?

Les événements se succèdent sans que nous comprenions véritablement l’enjeu. PYF disparaît en laissant un drôle de message, des statues qui semblent représenter chacune des stagiaires et une seule consigne : écrire tout ce qu’elles vivent dans les moindres détails. Une étrange histoire de tatoueur se mêle au destin de ses femmes. Que leur réserve leur séjour ? Une simple blague, un avenir tout tracé ou un triste sort ?

Comme dans chacun de ses livres, Michel Bussi fait en sorte de nous perdre jusqu’à la dernière page. Pour ma part, je me laisse porter par l’histoire sans essayer d’envisager un coupable ou une solution et au final, j’apprécie autant ma lecture que lorsque j’essaye de tout démêler avant la fin. Il faut dire qu’il est très rare que je m’accorde une « pause » dans ma lecture une fois lancée… Une nouvelle fois, je reste un peu perplexe sur la fin de ce roman (attention, je ne suis pas déçue, bien au contraire). Mais une chose est sûre, j’ai bien envie de le relire pour avoir un œil nouveau sur le récit !

L’auteur :

Michel Bussi est professeur de géographie à Rouen et directeur d’un laboratoire du CNRS. Il est, depuis Les Nymphéas Noirs l’un des écrivains préférés des français. Ce roman policier a été le plus primé en 2011 et a même été adapté en BD. Pour ma part, c’est avec Un avion sans elle que j’ai commencé à lire ses romans. Ses ouvrages sont traduits dans 35 pays et les droits de ses romans ont été vendus pour l’audiovisuel (Maman a tort, Un avion sans elle, Le temps est assassin).

Le détail :

Dans ce roman, la narratrice s’adresse plusieurs fois aux lecteurs pour le prendre à partie ou du moins pour essayer… Des passages délicats où il nous est demandé de faire un choix qui finalement ne sera jamais véritablement éclairé. Difficile de donner son avis lorsque nous n’avons pas toutes les cartes en main. Une façon pour l’auteur de brouiller un peu plus les cartes.

La parenthèse :

Pour s’immerger un peu plus dans Au Soleil redouté, l’auteur nous propose de découvrir les chansons présentes dans le roman. Pour cela, il suffit de scanner les pages mentionnant les chansons de Jacques Brel avec l’application Lisez.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *