Breath of fire IV (Hitoshi Ichimura)

Du jeu vidéo au manga : Breath of Fire IV. 16/20

Le synopsis

Nina, princesse du royaume de Wyndia, est partie à la recherche de sa sœur disparue. Elle est accompagnée de Cray, le chef du clan Woren. Dans le désert, alors que leur bateau des sables est en panne, ils rencontrent un jeune homme perdu, Ryu. Celui-ci n’a aucun souvenir, si ce n’est ce besoin de rejoindre une personne dont il ignore l’identité. En parallèle de cette histoire, l’empereur divin Fou-Lu est revenu à la vie, souhaitant détruire l’humanité. Pour cela il lui manque une partie de ses pouvoirs, sans doute présents chez Ryu.

La critique

L’intrigue de ce manga est plutôt riche et il se passe beaucoup de choses au sein de ce premier tome. En effet, la découverte de trois personnages oblige le mangaka à les présenter. Nous découvrons donc Nina, personnage très attachant, qui semble empreinte d’une grande gentillesse. Dès les premières pages nous savons qu’elle est à la recherche de sa sœur, disparue.

Ensuite, après une attaque de dragon des sables, elle trouve un jeune homme perdu, Ryu. Il s’agit d’un personnage assez mystérieux car il ne se souvient de rien, et nous avons peu d’informations sur lui. Son apparition après l’attaque du dragon des sables laisse présager qu’il est lui-même un dragon. Cela est renforcé par le lien existant entre Ryu et Fou-Lu. En effet, l’empereur divin apparaît sur Terre mais il lui manque une partie de ses pouvoirs, ce qui le rend plus faible. Le lecteur attentif comprendra rapidement qu’il est à la recherche de Ryu et que la voix que le jeune homme entend est celle de l’empereur. Ainsi nous avons là les intrigues principales de tous ces personnages au sein d’un même manga.

Mais plus que celles-ci, il existe aussi des épisodes qui s’enchaînent très rapidement. Nina et Ryu se rendent dans une ville pour obtenir des informations, et il rencontre un homme qui souhaite capturer Nina pour avoir les deux sœurs. Nous commençons donc à avoir des indices sur l’enlèvement de la princesse. Heureusement Ryu la sauve. Ensuite ils doivent traverser la ville infectée à l’aide d’une machine étrange qui semble connaître un certain nombre de choses. Ils se rendent aussi dans l’orphelinat où la sœur de Nina travaillait, pour obtenir de nouveaux renseignements. Enfin, ils demandent de l’aide à un armateur pour rejoindre la cité impériale. Comme vous pouvez le voir, les actions sont très nombreuses. Difficile de s’ennuyer lors de la lecture de ce tome. Cependant, cette compression des événements est un peu trop importante, ce qui empêche d’en développer certains.

Pour ce qui est du dessin, je le trouve très beau, avec des personnages aux expressions fortes. On perçoit immédiatement la bienveillance de Nina par exemple. Les émotions sont très bien traitées, avec des visages très expressifs. De plus, je trouve que le dessin est extrêmement détaillé, et qu’on peut voir le talent du manga. Les monstres présents et les dragons sont particulièrement réussis, ainsi que les armures de protection. A la manière d’un grand nombre de shonens, on trouve également certaines traces d’humour, ce qui est plaisant et qui rend le manga très agréable à lire.

Je conseille ce manga aux personnes qui aiment l’univers heroic fantasy, et qui apprécient les intrigues multiples, ainsi que l’action.

L’auteur:

La mangaka est Hitoshi Ichimura. Elle a débuté sa carrière en gagnant le concours organisé par les éditions Mad Garden, afin de proposer une adaptation au jeu vidéo Tales of Symphonia. La série débute en 2005. Elle enchaîne ensuite avec la série Breath of Fire IV (Ki-Oon), en 5 tomes, également l’adaptation d’un jeu vidéo. Actuellement elle est sur un nouveau projet, Heroizm. C’est une mangaka particulièrement reconnue pour la qualité de ses dessins.

Le détail:

Le manga est adapté d’une série de jeux vidéos, produits par Capcom. Le thème du jeu est un combat entre le bien et le mal. Breath of Fire IV est sorti au Japon en 2000 sur Playstation, et en 2003 sur PC. C’est un jeu de rôle dans lequel on incarne le personnage de Ryu, à la recherche d’informations sur son passé. Dans le jeu, comme dans le manga, les personnages de Ryu et de Fou-Lu peuvent se transformer en dragons. Il semble donc que l’adaptation en manga soit plutôt fidèle au jeu. Evidemment le passage du jeu vidéo au manga nécessite une narration plus importante, ce qui explique sans doute le nombre important d’événements au sein d’un seul tome.

La parenthèse:

Les dragons ont une grande importance dans le manga. Ryu en est un, et il semblerait que ces créatures soient extrêmement puissantes. Dans la culture japonaise, les dragons ont une mauvaise réputation. En effet, dans la mythologie, ils ont souvent un rôle de mangeurs d’hommes et représentent un grand danger. Les statues de dragons étaient utilisées dans les temples boudhistes pour représenter les épreuves que les hommes doivent surpasser dans leur vie. Dans le manga on retrouve cette idée.  En effet, Fou-Lu, l’empereur divin qui maîtrise les dragons souhaite la destruction de l’humanité.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
 Page Facebook : Masscritics
 Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *