Calvin & Hobbes (Bill Watterson)

L’une des amitiés les plus célèbre de la bande dessinée! 18/20

Le synopsis:

Calvin est un jeune garçon ordinaire mais turbulent : il embête les filles, fait enrager ses parents, a de mauvaises notes, et de grandes difficultés d’attention. Pour l’aider, il a heureusement Hobbes, son tigre en peluche et ami imaginaire, dont les connaissances occasionnelles et l’enthousiasme permanent, s’ils n’empêchent pas Calvin de s’attirer des ennuis, lui permettent au moins de garder le sourire et de faire de ses jeux d’enfants des aventures incroyables.

La critique:

Calvin & Hobbes tourne autour des jeux et fantaisies de Calvin, et du contraste entre sa perception du monde, et celle des adultes. Ainsi, si Calvin voit Hobbes comme un tigre bien vivant, anthropomorphique et parlant, les adultes (qu’il s’agisse de ses parents, ou de ses professeurs) voit toujours Hobbes comme la peluche qu’il est. De la même façon, lorsque Calvin s’imagine, en détail, être Spiff l’astronaute, les autres ne voient que lui, armé d’un bâton ou autre, alors qu’ils remplissent, eux, le rôle des divers extra-terrestres que combat « Spaceman Spiff ».

Cette imagination envahissante de Calvin, et ses conséquences sur la réalité, sont les sources principales d’humour dans la série, mais rendent aussi le rôle de Hobbes plus ambigu : malgré son statut d’ami imaginaire, le tigre a souvent des opinions qui dépassent celles de Calvin ; il fournit des réponses absurdes aux questions du garçon ; il ne partage pas le dédain des filles de Calvin qui, à son âge, ne songe encore qu’à les éviter ou les ennuyer, alors que Hobbes a, lui, des idées arrêtées sur la romance. Hobbes est donc plus qu’une peluche : de bien des façons, il représente Bill Watterson dans la série, tout en étant, d’une certaine manière, une version « plus âgée » de Calvin ; ils sont la même personne, mais Hobbes a déjà les idées que Calvin aura quand il sera adolescent ou adulte.

De plus, Calvin fait parfois des références au-delà de son âge : dans ces moments relativement fréquents, on sent la présence de Watterson, qui utilise alors le strip comme une opportunité de faire une satire politique ou artistique, en se servant de la franchise de Calvin pour l’exprimer. La série se retrouve donc partagée entre le monde imaginaire de Calvin, et le monde réel; celui de Bill Watterson qui insère de temps à autre ses opinions sans les déguiser. À ces deux points de vue s’ajoute un troisième. Celui des adultes dans la série elle même. Ceux-ci se retrouvent coincés entre les fantaisies persistantes de Calvin et les idées de Watterson. Sans jamais vivre les premières ou exprimer les secondes.

Calvin & Hobbes se base donc sur la multiplicité des points de vue pour exprimer avec humour et inventivité des idées socio-politiques, évoquer des souvenirs d’enfance universels, et établir une des amitiés les plus célèbres de la bande dessinée.

L’auteur:

Bill Watterson est un artiste américain né en 1958 à Washington. Il grandit dans la banlieue de Cleveland, Ohio, et se passionne vite pour le dessin. Il contribuera au journal de son lycée ainsi qu’à un magazine local, le Chagrin Herald. À l’Université (Kenyon College), il dessinera pour le Kenyon Collegian, abordant des thèmes « étudiants » (alcool, examens, etc.). Son diplôme de sciences politiques en poche, il devient caricaturiste pour le Cincinnati Post, mais n’y reste que six mois. Il propose ensuite les premiers strips de Calvin & Hobbes à plusieurs journaux ; ils seront acceptés par le Universal Press Syndicate en 1985. La dernière planche de la série paraît en 1995 et Watterson décide de retourner à l’anonymat. Cela  ne l’empêchera pas de gagner, en 2014, le Grand Prix d’Angoulême.

Le détail:

Calvin & Hobbes, un comic-strip publié quotidiennement entre 1985 et 1995, est une série très longue. À raison d’un strip de trois ou quatre cases par jour, et d’une planche en couleur par semaine, Bill Watterson a produit une masse énorme des aventures de ses deux héros. Cet album ne contient donc pas tous les strips, et il n’est pas nécessairement avisé de lire Calvin & Hobbes comme un tome de bande dessinée traditionnelle, ou même comme un album de gags ; le comic-strip s’apprécie mieux à petites doses.

La parenthèse:

Les amateurs de Calvin & Hobbes (chez Hors Collection) aimeront aussi un autre grand classique du comic-strip : Peanuts, de Charles M. Schultz, série publiée quotidiennement entre 1950 et 2000. Ses héros, Charlie Brown et son chien Snoopy, sont depuis longtemps passés à la postérité. Dans une veine différente, on appréciera aussi Garfield, de Jim Davis. Il y raconte les aventures de Jon, un homme dépressif qui doit subir la mauvaise humeur et la gourmandise de son chat, Garfield. Un chat doué de parole et prompt au sarcasme. Enfin, un exemple plus moderne du comic-strip est Sinfest de Tatsuya Ishida, un webcomic publié (en anglais) quotidiennement depuis 2000. Il explore une multitude de thèmes, de l’art à l’amitié, en passant par la religion et le féminisme.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *