Le chagrin du roi mort (Jean-Claude Mourlevat)

Entre réalisme et fantastique, un conte qui nous transporte au coeur de l’hiver!

17/20

 

Résumé le chagrin du roi mort :

 

« C’est une petite île froide, quelque part dans le nord.
Le vieux roi est mort. Son corps repose sur un lit de pierre, sur la Grand-Place.
Il neige,
il sera question de séparation, de guerre, de trois ciels différents, d’un premier amour.
Il y aura une prophétie, des êtres qui se perdent dans l’immensité, une sorcière qui mange des têtes de rat… »

 

Extraits : 

–  » D’accord, d’accord… je te cherche une vie encore, Lia… une vie seulement pas d’avantage et je rentre à Petite Terre. »

– Un élan incontrôlable les jeta en avant. Il enlaça son frère de son bras valide et le serra contre sa poitrine.
La bougie tomba au sol et s’éteignit..
Brisco ne s’esquiva pas. Il accepta d’abord l’étreinte, passif, puis il posa sa tête contre celle d’Aleks. Enfin, il prit son frère contre lui. Sa voix chavira :
Tu m’as manqué aussi…

La critique:

 
(Aleks et Brisco, deux frères inséparables, vivent dans le royaume paisible de Petite Terre. Mais à la mort du roi Holund, leur île se trouve menacée par Guerolf dont les rêves de conquête n’ont pas de limites. C’est alors que Brisco se fait enlever et c’est maintenant séparés que les deux garçons vont devoir grandir. Devenus hommes, ils devront chacun de leur côté affronter la dureté de la guerre.)
  
  Une fois de plus, Jean-Claude Mourlevat nous plonge au cœur de l’hiver. On est conquit par Petite Terre, cette île glacée où l’on se sent pourtant si bien et c’est avec plaisir que l’on pénètre dans cet univers paisible et reposant. Du coup, c’est avec autant d’affliction que nos héros, que nous quittons ce cocon pour nous retrouver, dans la seconde partie du roman, dans un monde plus sombre, un monde dur et impitoyable ou règne la guerre et la trahison, thèmes récurrents chez Mourlevat.On est agréablement surpris par cette petite histoire aux allures de conte, facile et plaisante à lire, par son ambiance et par la diversité de ses personnages : La sorcière Britt apporte une touche de magie à l’histoire, le nain Halfred nous fait sourire et même la Louve arrive à nous émouvoir.

Jean-Claude Mourlevat réussit ici le mélange parfait de réalisme et de fantastique, maniant toujours avec brio ce style simple et efficace qui retranscrit parfaitement les émotions et rend clair et limpide le déroulement de son récit. On reste captivé d’un bout à l’autre de ce roman que l’on aura tôt fait d’achever.
 
Masscritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note? 
  Page Facebook : Masscritics 
Page Facebook : Masscritics 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *