Chronique du tueur de roi, 2ème journée : La peur du sage (Patrick Rothfuss)

On en veut encore ! 18.5/20

Résumé :

Le jour se lève sur l’auberge de La Pierre levée et l’homme reprend son récit, fidèle à sa promesse. Suivez ses pas sur la voie qui mène à l’héroïsme et à la déchéance. Découvrez la vérité qui a créé la légende.J’ai dormi des milliers de nuits et parcouru des milliers de kilomètres.
Je m’imaginais que tout serait très facile, une fois que je serais à l’Université. J’y apprendrais la magie et trouverais les réponses à toutes les questions que je me posais. Je croyais que tout se passerait aussi simplement que dans les livres de contes.
Et il aurait pu en être ainsi, si je n’avais pas eu le don de me faire des ennemis et de m’attirer les ennuis.
Cette histoire n’a rien d’une romance enlevée. Ce n’est pas une fable, où l’on revient d’entre les morts. Ce n’est pas un récit épique destiné à galvaniser les esprits. 
Non. Nous savons tous de quel genre d’histoire il s’agit.
Quand quelqu’un vous raconte une partie de sa vie, c’est un cadeau qu’il vous fait.

Extraits : 

– J’ai entendu ce que les poètes écrivent des femmes. Ils rimaillent, abusent du dithyrambe et ils mentent. J’ai vu des marins sur le rivage regarder sans un mot les vagues qui se forment lentement sur la mer. J’ai vu de vieux soldats au c½ur endurci avoir la larme à l’½il à la seule vue des couleurs de leur roi claquant dans le vent. Ces hommes ne connaissent rien à l’amour. L’amour, vous ne le trouverez ni dans les mots d’un poète, ni dans le regard nostalgique des marins. Si vous voulez savoir ce que c’est, regardez les mains d’un ménestrel lorsqu’il interprète sa musique. Lui connaît l’amour.
 

La critique:

 
(Une deuxième journée commence. Kvothe continue le récit détaillé de son histoire ; les cours à l’Université d’Imre, ses recherches sur les Chandrians, ses ennuis avec Ambrose Jakis…)
 
  Je dois dire que j’attendais avec impatience de pouvoir lire la suite des aventures de Kvothe. Après le premier tome qui plaçait les personnages, les lieux et l’histoire j’imaginais découvrir un second tome remplis d’action. Sur ce point mes espérances ont été déçues. La peur du Sage reprend le rythme du Nom du vent et on est quelque peu dépités par le nombre restreint de rebondissements dans le récit de notre héros.De plus, si comme moi, vous espériez trouver réponse à une partie au moins des questions suscitées par le premier tome, vous allez là aussi être quelque peu frustré. Loin de résoudre le plus petit mystère, La peur du Sage entretient encore un peu plus notre curiosité et nous gratifie d’une foule d’interrogations supplémentaires. On ne peut cependant pas en vouloir à Patrick Rothfuss qui maintient ainsi le suspense intact et nous incite à penser que le dénouement n’en sera que plus spectaculaire.

En outre, la découverte d’une nouvelle ville et l’entrée en scène de nouveaux personnages aux personnalités diverses et originales ont réveillés mon intérêt. Kvothe évolue désormais dans un cadre complètement différent de celui de l’Université, avec un fonctionnement et des coutumes qui lui sont propre. C’est avec une certaine délectation que l’on observe notre héros user de ses talents et inventer toute sorte de stratagèmes pour se faire une place dans ce nouveau monde.

On ne peut que saluer une nouvelle fois le talent de conteur de Patrick Rothfuss et son style poétique qui nous rend la lecture de La peur du Sage tout aussi facile et agréable que celle du Nom du Vent. Ma soif d’action devrait de plus être étanchée à la lecture de la seconde partie de cette journée. C’est en tout cas ce que nous laisse penser la fin de ce tome…
 
Masscritics
 

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
  Page Facebook : Masscritics 
Page Instagram : Masscritics 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *