Confessions d’une accro du shopping (Sophie Kinsella)

Une histoire légère pour un roman divertissant! 14/20

Le synopsis:

« Je m’appelle Rebecca Bloomwood, et je suis acheteuse compulsive ». Voilà comment résumer la vie de cette accro du shopping. Rebecca pense trouver du réconfort aux petits tracas de la vie dans ses nombreuses cartes de crédit, en achetant, encore et toujours, chaussures, vêtements et accessoires. Rien ne l’arrête, malgré son incroyable découvert. Jusqu’au jour où elle est embauchée comme rédactrice dans un magazine financier et qu’elle craque pour son patron, Rebecca décide alors d’en finir avec le shopping et de rembourser ses dettes. Mais est-ce aussi facile de respecter ses résolutions ?

La critique:

C’est une histoire aux tons légers qui traite de l’achat compulsif avec humour, à travers le personnage de Rebecca. Cette dernière voit dans le shopping un monde magique, où l’acquisition d’une veste ou d’une paire de bottes efface ses problèmes. Mais seulement pendant un temps. C’est pourquoi Rebecca doit à nouveau faire les boutiques et retrouver cette sensation de bonheur éphémère. Le lecteur ne peut s’empêcher de la juger avec un regard réprobateur et de la trouver au premier abord assez superficielle. Mais Rebecca n’en reste pas moins un personnage  attachant. Avec des rêves plein la tête et une façon de prendre la vie avec légèreté, presque avec insouciance.

Dès le début du roman, on cerne tout de suite que Rebecca fuit ses responsabilités en ignorant les lettres de sa banque et en se donnant une raison « valable » pour acheter telle ou telle chose. Ce comportement quelque peu immature va de pair avec sa vision féerique du shopping, puisqu’elle refoule tout ce qui est rattaché à la réalité. Cependant, j’ai éprouvé de la sympathie pour Rebecca qui cherche seulement une échappatoire à une réalité grise et morose, qu’elle trouve dans des vêtements et des chaussures colorés. De plus, le fait que le roman soit écrit à la première personne permet vraiment de comprendre l’extravagante personnalité de Rebecca.

Le comble pour cette incurable dépensière est le jour où elle accepte de travailler pour un magazine financier. Elle doit alors conseiller les lecteurs sur la façon de gérer leur budget. L’idée de faire travailler le personnage de Rebecca dans la finance, permet de faire avancer l’histoire. En effet, elle se retrouve confrontée à son problème de fièvre acheteuse. Cela crée alors une sorte de tandem intéressant.

Il faut également souligner que c’est un roman humoristique aux accents anglais, ce qui m’a par ailleurs beaucoup plu. Le personnage du banquier constitue une source de rire puisqu’il ne cesse d’appeler Rebecca à propos de ses problèmes financiers. Celle-ci invente à chaque fois les mensonges les plus farfelus pour lui échapper.

Rebecca est en effet une incontestable menteuse, et au fil du roman, elle s’empêtrera dans ses différents bobards, créant ainsi des situations comiques. Mais ces mensonges finiront par la rattraper et lui exploser au visage, introduisant ainsi une morale assez classique que l’on retrouve dans beaucoup d’autres histoires.

En conclusion, les amateurs de comédies romantiques américaines aimeront ce roman, même si les femmes s’y retrouveront plus, puisque tous les codes y sont : l’humour, un ton léger et une histoire d’amour. Ce livre est parfait pour se distraire si l’on ne veut pas avoir à réfléchir.

L’auteur:

Avant de devenir romancière, l’anglaise Sophie Kinsella, dont le véritable nom est Madeleine Wickham, était journaliste financière. Son roman  Confessions d’une accro du shopping rencontre un tel succès que Sophie Kinsella rédige six suites. La série de « L’Accro du shopping » a été rééditée en 2014 en deux tomes sous le nom « L’Accro du shopping, l’intégrale ».

Le détail:

Des pages du livre contiennent des lettres du banquier de Rebecca, présentées selon les codes épistolaires. C’est une bonne idée car cela permet de donner plus de vraisemblance à l’histoire. Tout en faisant intervenir le personnage du banquier par un autre biais.

La parenthèse:

Un film du même nom adaptant les Confessions d’une accro du shopping (Pocket) a été réalisé en 2009. Pour l’avoir vu, je trouve qu’il respecte plutôt bien le livre de Sophie Kinsella. L’actrice Isla Fisher joue le personnage de Rebecca telle que je l’imaginais en lisant le livre. On y retrouve les passages clés du roman.  Cependant, j’aurais aimé voir quelques épisodes que j’ai trouvés très drôle dans le livre.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *