Dix petites poupées (B.A Paris)

« …pour collectionneur averti » 14/20

Le synopsis:

Il y a 12 ans, Layla a disparu. En revenant d’un séjour en France, en pleine nuit, sur une aire d’autoroute, elle s’est volatilisée. Finn, son petit ami de l’époque qui était avec elle ce soir-là, a été interrogé plusieurs fois par la police. Mais leur a-t-il tout dit ? Leur a-t-il seulement dit la vérité ? Et Ellen, la sœur aînée de Layla qu’il va épouser, sait-elle ce qu’il s’est réellement passé ce soir-là ? Lorsqu’un voisin pense avoir aperçu Layla, que Finn reçoit d’étranges messages et que de mystérieuses poupées russes font leur apparition, c’est que cette vérité remonte à la surface…

La critique :

Une disparition, un triangle amoureux, un héros au physique de colosse pouvant devenir violent, voilà tout ce dont a besoin B.A Paris pour nous tenir en haleine durant un peu plus de 300 pages. Alors, il est vrai que certaines sous-intrigues sont cousues de fil blanc et que la fin reste relativement prévisible mais qu’importe, le plaisir de lire est présent tout au long de ce roman.

Avec ce livre, l’auteur nous prouve qu’il n’est nullement besoin d’avoir une intrigue extrêmement complexe pour créer un suspense qui tient ses promesses et qu’il suffit juste de poser les bonnes questions aux bons moments du récit afin de l’entretenir. B.A Paris a choisi de construire son roman en alternant passé et présent d’un seul personnage dans la première partie du livre, ce qui nous permet de connaître son passé, ses secrets et de pouvoir juger les conséquences sur sa vie ainsi que celle de sa compagne. Cela nous permet également de pouvoir mieux aborder la psychologie de ce personnage et ses réactions face aux situations qui se présentent à lui. Ses choix passés ont des conséquences lourdes sur sa vie et sur ce qu’il est actuellement.

Dans la seconde partie du livre, B.A Paris n’alterne plus ses chapitres de manière temporelle mais entre 2 personnages ce qui, je trouve, accélère un peu le déroulement de l’intrigue.

L’enchaînement des chapitres façon question/réponse nous permet d’affiner encore notre avis sur Finn, Layla et Ellen mais, à l’opposé, cela donne à l’auteur l’opportunité de brouiller un peu plus les pistes en renforçant le côté paranoïaque du récit.

Dix petites poupées (Hugo roman) est un roman qui se lit vite, la fluidité de la plume de B.A Paris rendant l’intrigue très addictive bien que parfois un peu redondante. Néanmoins, l’auteur maîtrise parfaitement le style et sait nous emmener là où elle le désire en quelques pages seulement, et ce, jusqu’au mot FIN. Comme je l’ai dit, la conclusion du roman peut paraître prévisible pour qui a déjà lu quelques thrillers psychologiques. Mais, le talent de B.A Paris est aussi de nous garder accroché malgré cela. C’est une chose que peu d’auteurs savent faire tant il est facile de décrocher d’un roman lorsque l’on pense en avoir déjouer l’intrigue.

Sans révolutionner le genre, B.A Paris nous livre ici un troisième roman solide et addictif. Un livre parfait pour passer une bonne soirée bien au chaud à essayer de dénouer les nœuds de la vie de Finn, Layla et Ellen à travers ces fameuses matriochkas.

L’auteur :

Née en Angleterre, B.A Paris a attendu d’avoir élevé ses enfants avant de se lancer pleinement dans sa passion pour l’écriture. Bien lui en a pris car elle a vendu plus de 2 millions de son premier roman, Derrière les portes. Défaillances, son second livre, a confirmé son succès de 2016. Désormais traduite dans 37 pays, elle est l’une des figures de proue du thriller psychologique.

Le détail :

La symbolique de la matriochka est plus complexe que ne le laisse penser le titre du roman. En effet, ici chacune des poupées est rigoureusement de la même taille, renvoyant à un souvenir précis de la vie d’Ellen et Layla. Il ne s’agit pas d’une série classique de poupées cachées l’une dans l’autre et qui serait chacune rattachée à un moment de vie particulier des deux sœurs. Non, ici, tout revient à une seule et même poupée et à un moment charnière de deux vies figées à jamais, sans avoir d’évolution possible.

La parenthèse :

Le thriller dit psychologique est un genre englobant des romans finalement assez différents. Leur seul réel point commun est d’être globalement assez avare en meurtre et en effusion de sang. C’est un genre en vogue actuellement avec des auteurs comme B.A Paris, Paula Hawkins, Wendy Walker ou S.K Treymane. Les héros de ce genre de roman se trouvent souvent être des personnages à la vie bien rangée qu’un élément extérieur ou en provenance du passé vient perturber.

Sébastien L. pour MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *