Douve (Victor Guilbert)

Une ville qui a la guigne. 19/20

Le résumé :

Douve est une petite ville bien mystérieuse. C’est une impasse, un cul de sac, on ne s’y rend pas par hasard. Son histoire lui colle à la peau. Certains diront que c’est une ville sans intérêt et d’autres y penseront toute leur vie. L’inspecteur Hugo Boloren fait partie de ces derniers. Une phrase anodine de son père aura su l’intriguer au plus haut point. Lorsqu’il découvre un journal au pied de sa porte annonçant un meurtre dans cette même commune, il n’a pas d’autre choix que de s’y rendre. Mais que va-t-il réellement chercher ? Ses origines ? La vérité ? Le sait-il seulement ?

La critique :

Hugo Boloren est un inspecteur plutôt froid et réservé. Vous l’aurez compris, il parle peu et évite de détailler sa vie privée. Mais ça va bien au-delà… Plusieurs fois, j’ai eu envie de le secouer pour qu’il pose plus de questions, ouvre un peu plus les yeux, soit moins naïf… Mais finalement, je l’ai accompagné dans son raisonnement. Son sang froid m’a, malgré les différentes situations, plutôt rassuré. Du début à la fin, on se dit qu’un personnage comme ça, il ne peut rien lui arriver !

Douve, quant à elle, fait un peu froid dans le dos. Tout y est étrange : l’hôtel, la forêt de sapin, les habitants et même la météo ! Un secret semble être enfouit… à moins que ça ne soit juste la méfiance des villageois peu habitués à voir des touristes qui nous interpelle.

Rapidement, des incohérences apparaissent. Les mobiles du tueur présumé sont étranges. Mais l’affaire est classée. Hugo Boloren ne s’emporte pas, il n’est pas vraiment venu pour cette histoire de meurtre. Il enregistre simplement toutes les informations qu’on lui donne et ne peut pas s’empêcher de remarquer que les habitants ont peur. Si le tueur est sous les barreaux, qu’est-ce qui les inquiètes ? Sa présence ? Plus l’inspecteur creuse, plus les questions se bousculent dans sa tête.

En parallèle, Hugo nous fait lire le livre de sa mère, il le découvre en même temps que nous. Ce n’est ni plus ni moins un compte rendu sur une grande affaire qui a eu lieu à Douve il y a une quarantaine d’années. Vous connaissez mon impatience, j’aurai aimé le lire d’une traite, pour mieux comprendre. Mais l’inspecteur a décidé de jouer avec mes nerfs… Que s’est-il passé dans cette ville coupée de tout ?

Cette enquête m’a particulièrement plu. Son rythme, ses personnages (tous plus exaspérant les uns que les autres d’ailleurs), son suspense ! Il faudra attendre les dernières pages pour éclairer tous les mystères… Patience.

L’auteur :

Victor Guilbert est auteur de théâtre et romancier. Son dernier spectacle Chronique d’un débridé a tourné en Chine et en France pendant deux ans. Douve est son premier thriller.

Le détail :

Hugo Boloren aime se répéter et insiste sur de nombreux points : il ne sait pas mentir, il n’a pas beaucoup de chance en amour, il s’accroche à son paquet de cigarettes transformé en étui à chocolats,… Des petits détails qui donne beaucoup de réalisme au personnage principale.

La parenthèse :

La nonchalance de l’inspecteur, la lenteur de l’enquête et les prises de risques inutiles m’ont aussitôt fait penser à l’auteur Fred Vargas. Il y a déjà quelques années, je m’étais plongée dans L’homme aux cercles bleus et j’avais éprouvé les mêmes frustrations 🙂 !

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *