Fairy Tail #1 (Hiro Mashim)

« Abracadamiaou ». 14/20.

Le synopsis:

Fairy Tail est une guilde de magicien, comme il en existe de part le monde. Lucy, une jeune magicienne qui puise son pouvoir dans des clés, rencontre un jour Natsu et son chat qui parle Happy, qui font partie de cette fameuse guilde où elle rêve d’entrer. Après une mésaventure sur un bâteau qui fait la traite des jeunes filles comme esclaves, Natsu propose à Lucy de se joindre à lui pour rentrer à Fairy Tail, et intégrer la guilde, ce que la jeune fille s’empresse d’accepter. Commence alors ses aventures magiques…

La critique: 

L’un des thèmes majeurs de ce manga est la magie : on retrouve d’emblée des personnages ayant des pouvoirs, des créatures fantastiques, et des méchants démons. S’il n’y a là rien d’original, l’univers est très fouillé et fourmille de détails qui seront, espérons le, approfondis par la suite.

Les personnages sont cependant un peu moins classiques : si le chat est magique, il n’en est pas moins pourvu d’un libre arbitre qui apporte une touche d’humour. Natsu et Lucy sont de jeunes gens prônant les valeurs classiques de l’amitié et de l’entre-aide, sans toutefois tomber dans la niaiserie. Si l’on en apprend un peu sur leur passé dès ce premier tome, l’on se doute cependant qu’il va leur valoir un certain nombre d’aventure à venir.

Le dessin des personnages est assez proche de celui d’un manga comme One Piece, de même que les postures des héros. Les fonds de décor sont très intéressants, fouillés, sans être illisibles, et originaux. On déplorera seulement qu’ils ne soient pas aussi présent que les nébuleuses lors des scènes d’action qui prennent quant à elle beaucoup de place. Les variations de formats de vignettes ainsi que de rythme de narration donnent de la vivacité à l’intrigue sans distraire le lecteur, ce qui est un belle réussite technique.

L’auteur:

Hiro Mashima est un mangaka né au Japon en 1977. Il est l’auteur de plusieurs manga à succès, comme Rave, Monster Hunter, et bien évidemment, Fairy Tail (Pika), qui est son œuvre la plus importante du point de vue quantitatif (50 tomes pour l’instant). Il est régulièrement invité pour des événements en rapport avec son métier : le Comic-Con de San Diego, la Japan-Expo à Paris… prouvant son grand succès et son influence.

Le détail: 

Hiro Mashima dit dans une interview s’être inspiré des rues de Paris, où il s’est rendu à plusieurs reprises pour dessiner ses décors. L’on retrouve donc une architecture occidentalisée dans son œuvre : c’est particulièrement le cas au tout début de ce premier tome, où la ville où se rencontrent Lucy et Natsu est d’inspiration européenne, donnant à l’histoire un côté fantasy moyenâgeux qui cadrent avec la volonté d’écrire un « conte de fée ».

La parenthèse: 

L’auteur ayant tendance à reprendre ses personnages d’une série à l’autre, si le lecteur a apprécié l’univers de Fairy Tail, on ne saurait assez lui recommander de lire les autres séries d’Hiro Mashima. De plus, il a été, à l’instar de Rave, adapté en anime. Le graphisme quant à lui est assez similaire à celui d’autres shônen tel que One Piece ou Hunter X Hunter.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
 Page Facebook : Masscritics
 Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *