Grossir le ciel (Franck Bouysse)

Un huis clos rural, intense et surprenant. 19/20

Le résumé :

Les Doges, un lieu-dit au fin fond des Cévennes. C’est là qu’habite Gus, un paysan entre deux âges solitaire et taiseux. Ses journées : les champs, les vaches, les bois, les réparations. Des travaux ardus rythmés par les conditions météorologiques. La compagnie de son chien, Mars, comme seul réconfort. C’est aussi le quotidien d’Abel, voisin dont la ferme est éloignée de quelques centaines de mètres, devenu ami un peu par défaut, pour les bras et pour les verres. Un jour, alors que l’Abbé Pierre disparaît, tout bascule : Abel change, des événements inhabituels se produisent, des visites inopportunes se répètent.

La critique :

Franck Bouysse nous offre une immersion dans le quotidien de deux hommes solitaires et isolés dont les journées sont rythmées par les travaux agricoles. Un monde désormais presque révolu, fait de dur labeur, où la précarité, la nostalgie, la misère affective, mais aussi la simplicité et la solidarité sont de mises. Cette vie monotone va cependant voler en éclats avec la mort de l’Abbé Pierre, marqueur d’un changement profond et préambule à une série d’événements qui feront remontés de nombreux souvenirs, témoins d’un lourd passé.

Imprégné d’une ambiance particulière, ce roman noir nous plonge dans une sorte de huis clos rural. Les pages défilent et l’atmosphère se fait de plus en plus pesante à mesure que resurgissent drames et secrets familiaux, jusqu’au dénouement final ou le titre trouvera finalement tout son sens. Le style est efficace, percutant et parfois même poétique, marqué par de nombreuses métaphores, pour la plupart plutôt saisissantes. Du reste, les dialogues savoureux et les réflexions plutôt pertinentes des personnages, sont un véritable régal.

Franck Bouysse réussit véritablement à nous transporter au fin fond des Cévennes et à nous immerger dans le quotidien de ces deux hommes, qui marchent encore et malgré tout à contre courant du monde moderne. Il signe ici un roman noir, court mais intense, au suspense sans cesse grandissant. A ne surtout pas manquer !

L’auteur :

Né le 5 septembre 1965, Franck Bouysse est un écrivain français particulièrement versé dans le roman policier. Enseignant en biologie à Limoges, il publie son premier roman La paix du désespoir en 2004.

Le détail :

Le récit de Franck Bouysse se nourrit de détails sur le quotidien des deux hommes ainsi que sur les lieux ou prend place l’intrigue, imprégnant le roman d’un réalisme fort qui immerge inéluctablement le lecteur dans cet univers rude et sombre.

La parenthèse :

Vous souhaitez découvrir d’autres romans de Franck Bouysse ? Nous vous conseillons Glaise ou encore Plateau.

MassCritics
L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *