Happy ending (Victoria Van Tiem)

A lire avec du pop-corn, un plaid et un paquet de mouchoirs! 14/20

Résumé :

Kensington a une vie toute tracée : un mariage prévu d’ici quelques temps avec un très bel homme, une promotion, … Jusqu’à ce que son futur époux lui vole la vedette et qu’elle doive absolument décrocher un gros contrat pour maintenir son entreprise à flot ! Mais, rien ne se passe comme prévu quand le futur client n’est autre que son ancien petit ami. 

Synopsis :

Je ne connais personne qui n’aime pas les comédies romantiques. En effet, qui n’aime pas se sentir mielleux/se, tourmenté(e) amoureux(se), désespéré(e), et enfin totalement comblé(e) ? En misant sur les grands classiques de ce thème cinématographique, l’auteur nous plonge  dans les scènes cultes de ces films souvent sponsorisées par des grandes marques de mouchoirs en papier.

Car il faut bien l’avouer, ce livre est un concentré de comédie. Même si la quatrième de couverture le précise, comme quoi la vie n’est pas une comédie romantique et tout ça, ce livre a pourtant tous les atouts de ce genre de littérature. Humour, amour, situations embarrassante, … bref vous avez compris c’est un livre fait pour les amoureux et amoureuse du genre. En effet, si vous cherchez  une lecture simple ce titre est fait pour vous. Bien loin des grands noms du style connues en France, Victoria Van Tiem importent tous les critères pour séduire. Les personnages créés sont attachants, les situations sont peut-être un peu tiré par les cheveux parfois, mais on se laisse prendre dans ce tourbillon de bonne humeur, de bonheur

En même temps, en misant sur 10 grands classiques de la comédie romantique, l’auteur ne prends pas de grands risques. L’idée est intéressante, même si certains de ces films peuvent sembler un peu désuets aujourd’hui. Pour ma part, je me retrouve facilement dans la grande scène mythique de Bridget Jones lors de la reprise de « All by myself », mais j’ai du mal à me représenter des situations des autres films. Pourtant, on ne peut pas dire que les personnages manquent d’éclat pour tout faire paraître réel.

Peut-être que je manque de ce petit grain de folie, inhérent aux héroïnes du genre. Même si certains films sont aujourd’hui des grands classiques, j’ai peur que ceux de ma génération (trentenaire) n’ai pas forcément les références pour se jeter à corps perdu dans ce livre. C’est dommage, car en reprenant des comédies plus récentes, l’auteur aurait peut-être trouvé  un plus large public, sachant que ce livre a été publié pour la première fois en 2014.

Comme je l’ai déjà dit, les personnages sont hauts en couleur. Pourtant, ils ont manqué d’un je ne sais quoi à mes yeux. Peut-être un peu trop lisse ? Trop stéréotypés ? Peut-être déjà vu ? Peut-être est-ce dû aux situations qui, bien que comique, manquaient peut-être de peps. Ce que je retiens de cette histoire, c’est qu’il ne suffit pas d’avoir une bonne base, de bonnes références, pour amener le lecteur jusqu’au bout.

Même si j’ai passé un moment agréable, ce livre très bien écrit, me laisse un peu sur ma faim. La galerie de personnages aurait pu être plus fouillée, plus déjantée, à l’image des héroïnes et des films énoncés par l’auteure. On aurait pourtant pu croire à cette douce histoire d’amour entre l’héroïne et son amour de jeunesse. Même si c’est une recette qui marche et qui a été déjà mise au menu à plusieurs reprises, l’auteur s’en tire bien lorsqu’elle exprime les sentiments de ces protagonistes. À vrai dire, je regrette surtout les histoires autour. Certes c’est un classique du genre, mais, à mon goût,  ici, celles-ci viennent un peu plombées l’ambiance.

Vous l’aurez compris, ce livre est tout à fait agréable à lire, mais il ne fera pas parti de mon podium de comédies romantiques. Aussi fleur bleue que je sois, Happy ending manque d’un je-ne-sais-quoi. Je le conseille cependant à toute personne à la recherche d’une lecture facile, rafraîchissante. Pour ma part, je préfère encore regarder en marathon Bridget Jones, Love Actually, Vous avez un message, et bien entendu Coup de Foudre à Notting Hill.

L’auteur :

Victoria Van Tiem est une auteure américaine mais pas que. En effet, cette touche-à-tout est une ancienne galeriste et directrice artistique qui a réalisé son rêve en écrivant Happy ending (Harlequin).

Le détail :

On appelle Happy End une fin « heureuse » d’une histoire, notamment dans les films. Mais cette expression n’est pas un terme correct en anglais : en effet, il faudrait dire « Happy Ending » à l’image du titre de ce livre.

La parenthèse :

Les comédies romantiques actuelles découlent du modèle mis en place par les « Screwball Comedy« , un sous-genre de la comédie hollywoodienne où se mêlent de la comédie de situation/de la farce et une histoire d’amour, avec des passages cherchant davantage à émouvoir les spectateurs.

Magalie pour MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *