Ici et maintenant (Ann Brashares)

Une histoire d’amour sur fond de roman écologiste! 15/20

Le synopsis:

Prenna a migré aux États Unis d’Amérique avec sa mère et d’autres membres de sa communauté. Ils tentent de s’intégrer aussi discrètement que possible, en ne faisant pas de vague et en ne se mêlant pas avec les natifs. Pour cela, ils doivent suivre un certain nombre de règles assez contraignantes mais vitales, pour ne pas risquer de changer l’époque d’où ils viennent. Car Prenna et les siens ne viennent pas d’un autre pays, mais du futur devenu invivable à cause du réchauffement climatique et de ses conséquences sur l’environnement.

La critique: 

L’héroïne n’en est pas une à première vue. Ce qui la distingue des autres membres de sa communauté, ce n’est ni sa force, ni son intelligence supérieure (quoi qu’elle ait des connaissances plus riches que la moyenne des jeunes de son âge), mais c’est sa capacité à se poser des questions. Sa relation avec Ethan, l’autre personnage principal, bien qu’il ne soit pas le narrateur – le roman n’étant construit que sur le point de vue interne de Prenna – lui est source de problème avec les instances dirigeantes de sa communauté.

Là différence avec une romance classique à la Roméo et Juliette, c’est qu’ici, ce ne sont pas les familles qui s’affrontent et ne permettent pas aux héros de s’aimer. Ce sont des raisons ontologiques plus profondes. Elles seront d’ailleurs la cause d’une chute originale pour un roman sentimental de jeunesse. Une fin que l’on apprécie justement parce qu’elle permet d’avoir une vision moins naïve de l’amour que d’ordinaire.

C’est alors que le roman d’anticipation écologiste prend le pas sur le roman à l’eau de rose. Car si l’histoire d’amour semble être l’objet principal de l’œuvre, se sont les circonstances dans lesquelles elles se déroulent qui sont en réalité sur le devant de la scène. Prenna vient du futur, devenu inhabitable à cause du réchauffement climatique, sujet on ne peut plus d’actualité. C’est rapidement un plaidoyer pour agir rapidement et de manière drastique qui se développe au nom de la survie de l’espèce humaine, car le roman fleur bleue vire rapidement au roman policier. Les scènes romantiques alternent avec les scènes d’action par la suite.

L’intrigue est intéressante, l’idée écologiste ludique, cependant le public visé étant clairement le public adolescent et pré-adolescent, le tout reste assez simpliste et ne propose pas de vraie piste de réflexion.

L’auteur:

Ann Brashares est une écrivain américaine de littérature jeunesse. Après une expérience dans l’édition pendant ses études, elle décide de rester dans le monde de l’écriture et publie la série qui la fera connaître. En effet, Quatre filles et un jean sorten 2001. Elle est également l’auteur de romans isolés un peu moins connu. On y retrouve son goût pour les histoires d’amour entre adolescent, et l’importance de l’amitié qui est un des thèmes majeurs d’Ici et Maintenant (Gallimard jeunesse) également.

Le détail: 

En effet, l’on remarquera que malgré son absence active, la meilleure amie de la narratrice est toujours présente. De fait, elle sert de fil rouge tout au long du texte. De même les lettres à Julius, le petit frère de Prenna, sont une ode à l’amour fraternel. Elles montrent l’importance de ce thème pour l’auteur. L’apologie des liens familiaux et l’assimilation de la meilleure amie à la cellule familiale est un sujet cher au cœur des lectrices pré-adolescentes, et Ann Brashares ne l’ignore pas.

La parenthèse: 

L’on peut déplorer la simplicité de l’intrigue et les stéréotypes mis en place dans ce roman, mais l’on ne doute pas qu’il touche par ce biais un maximum de jeunes lecteurs. C’est un bon moyen de les sensibiliser au thème de l’écologie. L’originalité de ce roman, par rapport aux autres sur ce thème, réside dans le fait que l’on offre une possibilité de changer l’avenir pour un monde meilleur. Seulement il faut agir aujourd’hui pour empêcher le réchauffement climatique, ou du moins le réduire. Comme le dit la narratrice, tout le monde est au courant, mais personne ne fait rien. Les lobbyings sont les plus forts, mais l’on peut lutter contre eux. C’est ce message d’espoir qu’il faut retenir ici.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *