Innocent (Shin’Ichi Sakamoto)

Un manga bouleversant et saisissant. 16.5/20

Le synopsis:

Le jeune Charles-Henri Sanson fait sans doute partie de la famille la plus redoutée du XVIIIe siècle. En effet, on y devient bourreau de père en fils. Mais le jeune homme est en désaccord avec ses valeurs qu’il trouve inhumaines. Pourtant, il se voit contraint de reprendre le flambeau et deviendra l’exécuteur le plus célèbre de l’Histoire : il mettra à mort plus de 3000 personnes dont les célèbres révolutionnaires Danton, Robespierre ainsi que le roi Louis XVI.

Extraits:

« De Chartois sait que tu es inexpérimenté et il n’attend qu’une chose : que tu te ridiculises pour ta première exécution. N’aie crainte cependant…La décapitation est une peine réservée aux gens de sang noble. Ils ont, en général, la décence de ne pas se débattre. »

« Le glaive de l’exécuteur se transmet au sein de la famille Sanson de génération en génération. Cette longue lame d’acier à deux tranchants est percée en son extrémité de trois trous. Abattue à la perpendiculaire, elle n’émet aucun son…mais lorsqu’on la fait tournoyer, elle siffle dans l’air comme en écho aux cris du supplicié. »

La  critique:

  Ce manga s’appuie sur des faits historiques librement adaptés pour raconter la façon dont un garçon est tristement devenu célèbre. On rencontre un Charles-Henri rejeté des autres à cause de la réputation de sa famille considérée par le peuple comme une malédiction : « Les croiser porte malheur ! ». Déjà fermement opposé à la profession familiale, il lutte aussi contre les mœurs de la société de l’époque. Le récit prête au personnage une orientation sexuelle qui ne l’aidera pas au cours de sa vie. Cet antagonisme est intelligemment mis en avant dans la façon dont est représenté le jeune Sanson : longue chevelure noire, manière de se vêtir, physique androgyne, comportement en marge de celui de sa famille et de la société. Mais aller contre la morale à un prix : en refusant d’obéir à son père, il se voit punir d’une horrible façon. Sanson est alors obligé d’abandonner ses études afin de reprendre le flambeau et de devenir exécuteur des hautes œuvres de Paris.

L’idée de l’auteur est de mettre en lumière la face cachée du travail de bourreau : pourquoi celui qui met à mort n’aurait-il pas de sentiments et ne ressentirait-il aucune aversion à faire ce qu’il fait? Il est intéressant de suivre l’évolution psychologique du protagoniste à exercer un métier qui le répugne. Cela en fait un manga bouleversant et saisissant dont on a du mal à se remettre. On sent que l’auteur s’est beaucoup documenté pour être au plus proche de la vérité malgré des éléments tout à fait imaginés.

Du point de vue de la forme, on apprécie aussi l’impression de réalité historique donné au décor et au Paris du siècle des Lumières.

Innocent ne réunit donc que des points forts et pourrait facilement convaincre un lectorat non-initié aux mangas.

L’auteur:

  Shin’Ichi Sakamoto est un dessinateur et scénariste japonais né en 1972 à Osaka. Il débute sa carrière avec The Bloody Soldier, un recueil de nouvelles, qui est bien loin de l’univers d’Innocent. Il est aussi connu en France pour sa série intitulée Ascension, adapté du roman L’Homme impassible de Jiro Nitta, qui ne compte pas moins de 17 volumes. Il a d’ailleurs été l’invité des éditions Delcourt lors du Salon du Livre de Paris.

Le détail:

  La série Innocent est terminée au Japon mais le mangaka a révélé que les lecteurs japonais pourraient très prochainement retrouver une seconde saison publiée dans le magazine Grand Jump sous le titre Innocent-Rouge.

La parenthèse:

  Si ce tome vous a passionné, on vous invite à découvrir la suite : quatre autres volumes ont déjà paru en France à ce jour.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
  Page Facebook : Masscritics
 Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *