Journal d’un vampire en pyjama (Mathias Malzieu)

Quand rock et poésie riment avec maladie. 20/20

Le synopsis :

Mathias Malzieu, artiste aux multiples talents, raconte son parcours contre la maladie, de la découverte de celle-ci jusqu’à sa guérison, et nous dévoile comment, en l’espace de quelques jours, passer de drogué du panache à vampire.

La critique :

Ce sixième roman est, à mon sens, le plus émouvant. Non seulement de par son sujet mais aussi et surtout par la sensibilité et la justesse qui ressort de chaque phrase.

Parler de la maladie n’est pas aisé. Comme à chaque fois, l’auteur nous plonge dans son univers rock et poétique, à la limite du steampunk. Et c’est ce mélange qui est détonnant! Sans jamais tomber dans le pathos, Mathias Malzieu nous prend par la main, au son d’un riff de guitare électrique, pour nous faire vivre son parcours du combattant. Avec pudeur, il nous parle de lui, de ses inquiétudes, ses joies, ses espoirs, ses envies. Il nous suffit de fermer les yeux et hop, nous voilà à ses côtés sur son skateboard. Puis, en un clin d’œil, nous frissonnons avec lui lorsque la Mort vient le charmer.

L’écriture, fluide et sans fioritures inutiles, est bourrée de références, aussi bien personnelles que cinématographiques, littéraires ou musicales. Avec sa description poétique du quotidien il nous est facile, à l’instar du héros, de nous métamorphoser en vampire. Nous lecteur et victime collatéral de ce carambolage émotionnel : comment réagirions-nous à l’annonce de la maladie, alors que nous débordons de vie, de projets ? L’auteur, lui, a choisi l’humour et sa plume pour décrire ce qu’il ressent, ce qu’il pense du hackage de son système immunitaire.

Car oui, n’oublions pas que Mathias Malzieu nous livre ici une partie de sa vie qui l’oblige à se transformer en vampire. Cependant, ici, point de jeune femme ni de Nosfératus aux dents longues. Mais une bonne transfusion d’humour et d’amour. Son histoire est celle de nombreuses personnes. Aussi, par ce court roman, l’auteur rend hommage aux super-héros du quotidien. Aux malades qui ne lâchent rien, à leur entourage toujours présent, aux équipes médicales et aux « Nymphirmières ».

Je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans ce livre. D’en savourer chaque ligne et d’ écouter l’album né de cette tranche de vie. Comme si vous assistiez à un concert donné par ce rêveur professionnel.

Alors que Freddie hurle « The show must go on », que David entonne « We can be heroes », Mathias, lui, nous donne de chanter que nous sommes des vampires, oui, mais des « vampire(s) de l’amour ».

L’auteur :

Parolier, chanteur du groupe de rock français Dyonisos, Mathias Malzieu est également l’auteur de 6 romans et a rejoint la Ligue de l’Imaginaire. Lorsque son aplasie médullaire est découverte, il était en plein bouclage et promotion du film d’animation Jack et la Mécanique du Cœur  dont il est le réalisateur. Un film inspiré de son livre : La Mécanique du Cœur.

Le détail :

Mathias Malzieu a participé à l’album Enfantillages 3 du chanteur Aldebert. Il y interpréte en duo le titre L’Apprenti Dracula, où on retrouve quelques clins d’œil à son histoire.

La parenthèse :

Sorti le 27 octobre 2016, Journal d’un vampire en pyjama (Albin Michel) a reçu le prix France Télévisions Essai 2016, décerné par un jury de téléspectateurs.

Magalie de MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *