La Forteresse de Téhama – Chroniques d’Ataraxia (Thierry Maugenest)

Quête d’absolu, dépassement de soi… quand tu nous tiens ! 14/20

Le synopsis :

La Forteresse de Téhama : Ataraxia : depuis presque mille ans, une poignée d’hommes et de femmes a fondé une nouvelle humanité pour fuir la planète Terre à l’agonie, guidés par Karista, la première parnassienne d’une lignée d’individus capables de s’affranchir du temps et de l’espace pour veiller sur leurs semblables. Loenim de Laan, un vieil archiviste et Ysmäl de Kelm, son disciple, se nourrissent des légendes et des contes et suivent leurs traces.

L’humanité est pacifique, respectueuse et solidaire, régie par sept principes sacrés. Les Ataraxiens mènent une vie simple et nomade, proche de la nature, suffisant à leur bonheur. Mais Ezéa, grande mélodiste, née sur l’île des proscrits, en marge des préceptes et principes ataraxiens, ne se contente pas d’un bonheur simple et paisible et de son amour partagé pour Amos de Slima, jeune Initié de l’Ordre Supérieur. En quête d’absolu et de perfection, perpétuelle insatisfaite, la jeune femme cherche à se dépasser, à se découvrir, concepts étrangers pour cette société hédoniste, combattant toute idée de progrès et d’évolution, qui, selon eux, avait précité la chute des anciens Terriens.

Ezea n’est pas seule dans sa quête…Naxès, ancien proscrit, révolté contre l’immobilisme de cette société utopiste, stoppé dans sa lutte par Amos de Slima, concocte sa vengeance…

La critique :

L’odyssée d’Amos ayant été une excellente découverte, j’étais enthousiaste à l’idée de retourner sur Ataraxia et d’y retrouver cet univers enchanteur, féérique, voire mystique, créé de toutes pièces sous la plume et le crayon de François Bournaud. Cet univers immersif, reste très accessible, y compris pour ce qui est de renouer avec l’intrigue du premier volume grâce à quelques touches subtiles de l’auteur. 

Ce second tome, qui fait la part belle à la méditation et à l’initiation, plutôt qu’aux aventures rocambolesques, fut encore une bonne lecture.
Dans ce monde, où l’homme vit en harmonie avec la nature, en paix, en insouciance, on suit en chassé croisé, la quête d’Ezéa, compagne d’Amos de Slima, personnages issus du premier tome, devenue une mélodiste accomplie, en recherche d’absolu, de son moi véritable, s’éloignant de plus en plus de son amant qui en souffre.

Et celle d’un vieil Archiviste, Loenim de Laan, et son disciple Ysmäl de Kelm, à la recherche d’un ordre secret supérieur, constitué d’Ataraxiens, aux capacités mentales exceptionnelles, qui semblent défier les lois du temps et de l’espace, ne faire qu’un avec la Nature, leur donnant notamment des pouvoirs de prémonition. Les indices vont les mener sur la route de la forteresse de sable au cœur du désert du Téhama. Mais Naxès, l’ennemi d’Amos de Slima, rode car il s’est juré de prendre sa revanche…

Si dans le tome 1, au terme d’une histoire épique et haletante, le héros était aux prises avec une organisation souterraine sapant l’ordre immuable établi de paix et d’harmonie, ce deuxième tome se révèle un voyage plus initiatique, une fantasy méditative, axés autour du besoin de s’accomplir, dans son art, la communion avec la nature, la connaissance de la vie…une lecture, tout en douceur et en introspection qui ne m’a pas autant exaltée que dans le premier opus, mais qui m’a permis de m’évader en ce monde imaginaire et apaisant.

En bref, si vous êtes fan des univers entre Indiana Jones et la Terre du Milieu de Tolkien, je ne saurais trop vous conseiller les chroniques d’Ataraxia, tome 1 et 2, sous la plume à la fois poétique, philosophique, métaphorique, aux accents lyriques de Thierry Maugenest qui réussit le pari de nous faire partager l’incroyable, l’étrange, l’irréel, comme un quotidien somme toute banal.

L’auteur :

Thierry Maugenest est un écrivain et traducteur littéraire. Originaire d’Aix-en-Provence, il choisit de parfaire son éducation et d’étancher sa grande curiosité en parcourant le monde, sitôt le bac obtenu.
Après avoir voyagé pendant plus de dix ans (en Grèce, à Venise), il revient en France où il écrit ses premiers romans.
Son premier livre publié, Bab el Bahar (2003), est un récit consacré au Maroc. Le succès vient la même année avec Venise.net, qui obtient de nombreux prix littéraires et lui vaut d’être traduit dans une dizaine de langues.

Il a publié une dizaine de livres parmi lesquels Les Rillettes de Proust (2010), La septième nuit de Venise (Albin Michel, 2014) et Noire Belladone (Albin Michel, 2015). En marge de son œuvre romanesque, Thierry Maugenest a publié deux courts essais consacrés à la littérature.

En 2011, sensibilisé par le sort des enfants chiffonniers du Cambodge, il rassemble des écrivains issus de différents continents et participe à la publication de Clair Obscur, un ouvrage collectif dont les droits sont reversés à l’ONG « Pour un Sourire d’Enfant ».

L’Ataraxia prend vie en roman en 2018  (Les Chroniques d’Ataraxia, tome 1 : L’Odyssée d’Amos chez Tohu-Bohu).

Il vit désormais de sa plume et habite entre Aix-en-Provence et Venise. 

Dix ans durant, François Bournaud s’est enfoncé à se perdre dans le monde qu’il a créé : Ataraxia. 
Il en a écrit l’Encyclopédie. Il a dessiné femmes, hommes, animaux. Et bien sûr il a conçu l’atlas de son monde.

Le détail :

Si certains romans de Thierry Maugenest sont de facture classique, d’autres ouvrages au contraire rompent radicalement avec les codes de la narration. Ainsi, qu’il s’agisse de récits historiquespoliciers ou d’un conte philosophique, l’auteur intègre dans certaines de ses intrigues des éléments traditionnellement étrangers au roman. Avec Venise.net  (2003), par exemple, il introduit de manière systématique des e-mails au cœur d’un roman historique. Audimat circus se présente comme un kaléidoscope narratif, constitué d’extraits imaginaires de romans à succès ou de pièces de théâtre. Avec Eroticortex  (2012), l’auteur bâtit une intrigue constituée d’une succession de couvertures de journaux et de magazines.

La parenthèse :

Si vous continuez à aimer les mondes imaginaires, à l’instar de Tolkien et de sa Terre du Milieu ou de Dune de Franck Herbert, vous apprécierez, La Forteresse de Téhama la seconde Chronique d’Ataraxia et attendrez de lire la suite…

Murielle Trouve pour MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *