La Saga de la Lune, tome 1 : Les brumes d’Avallach (Marah Woolf)

Une histoire d’amour impossible sur fond de mythes et légendes! 16/20

Le synopsis :

Emma, dix-sept ans, vient de perdre sa mère. En plus de cette tragédie, n’ayant aucune famille aux États-Unis, elle se voit contraindre de déménager sur une île écossaise. C’est là que vivent les seuls membres de sa famille, qu’elle n’a jamais vus. Peu à peu, Emma s’habitue à sa nouvelle vie. Quant un jour, surgit de nul part, un beau jeune homme la foudroie sur place. Il s’appelle Calum et reste très mystérieux, apparemment insensible à la jeune fille. Ce qu’elle va découvrir sur lui changera sa vie à tout jamais.

La critique :

Les brumes d’Avallach  est une histoire d’amour impossible sur fond de mythes et légendes. C’est à la fois un livre original et classique. Le côté classique se situe dans l’histoire d’amours contrariés. On voit d’ailleurs dans les lectures d’Emma, des références à Roméo et Juliette ou à d’autres titres de la littérature classique anglaise traitant du sujet. Le schéma est donc assez peu surprenant : Emma tombe amoureuse de Calum, qui semble l’ignorer. S’ensuivent plusieurs retournements de « je t’aime moi non plus », mais je ne vous dévoile pas les détails !

Le côté original repose sur l’univers fantastique choisi par l’auteure. En effet, le mythe du Loch Ness, les légendes celtiques dépaysent agréablement. L’introduction de cet imaginaire est surprenant la première fois, mais au fur et mesure, la frontière s’efface pour laisser place à la magie. Le cadre est également très sympathique. L’Écosse, et l’île de Skye où se situent l’action ne sont pas souvent utilisés comme décor dans la littérature jeunesse. (Bon, d’accord, Harry Potter se situe peut-être en Écosse, mais n’empêche). Les descriptions de la nature, des saisons, mais surtout de l’univers marin sont une véritable invitation au voyage et une ode à mère nature.

Certains sujets sérieux sont d’ailleurs abordés dans Les Brumes d’Avallach. En parlant de nature, on sent la fibre écologiste de Marah Woolf et son cri du cœur pour défendre l’environnement. On y retrouve aussi bien sûr le thème du deuil, lorsqu’Emma perd sa mère, mais aussi de l’adoption et des rapports de famille (recomposées).

Les personnages ne sont pas très originaux, mais néanmoins attachants. Emma est une ado type, soumise aux tourments adolescents, manquant de confiance en elle, mais à la personnalité riche. En effet, malgré son apparente timidité, l’héroïne ferait complexer n’importe quelle autre adolescente : elle est belle, première dans toutes ses matières scolaires, championne de natation et même artiste ! Calum quant à lui, est incroyablement beau et a priori parfait, mais entouré d’une aura de mystère et hanté par des démons secrets. Les personnages secondaires sont très chaleureux, créant une atmosphère familiale et accueillante.

Le tout est destiné à un public bien précis : les adolescentes ou young adulte, à partir de 12-13 ans. Ces lectrices seront particulièrement sensibles aux préoccupations d’Emma. Mais rien n’empêche les autres lecteurs de se plonger dans ce monde fantastique écossais. L’univers est assez absorbant et on termine le livre trop vite, ne voulant qu’une chose : connaître la suite.

Si vous avez un faible pour les beaux garçons (ou les jolies filles!), les paysages sauvages ou aimez batifoler dans l’eau, cette histoire ne vous décevra pas ! Idem, si vous avez aimé Les Gardiens des Cités perdues, allez vite vous procurer Les Brumes d’Avallach! Si en revanche les histoires d’amour à la Twilight ne vous font ni chaud ni froid, êtes aquaphobe et n’aimez pas les contes de fées, tournez-vous vers une autre lecture !

L’auteur :

Marah Woolf est une auteure de nationalité allemande. Il existe peu d’informations biographiques à son sujet, mais on sait qu’elle a fait des études d’histoire et de politique. C’est en 2011 qu’elle auto-édite Les Brumes d’Avallach, premier roman d’un trilogie qui s’écoulera à près d’un demi million d’exemplaires (chez Michel Lafon)! Marah Woolf est également l’auteure d’une autre saga intitulée Bookless, dont le troisième tome est sorti en version électronique en 2014, mais en langue allemande. 

Le détail :

La présentation du livre est très soignée. Après-coup, on se rend compte que la couverture peut donner quelques indices sur l’univers de l’histoire. Avant chaque nouveau chapitre ou presque, une page blanche est ornée de motifs celtiques très esthétiques.

La parenthèse :

Pour ceux qui se demandent si Avallach existe, sachez que ce nom est la traduction écossaise d’Avalon. Ce lieu mythique appartient à la littérature arthurienne. C’est sur l’île d’Avalon que la fée Morgane aurait emmené le Roi Arthur après la bataille de Camlann. Excalibur, sa célèbre épée, aurait été forgée sur cette île. .

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.