L’Archipel Des Lärmes (Camilla Grebe)

«Time Is On My Side» 18/20

Le synopsis :

L’Archipel Des Lärmes (Calmann-Lévy) : En février 1944, une mère de famille est retrouvée crucifiée au sol de son logement dans les quartiers pauvres de Stockholm. En 1974, d’autres femmes subissent le même sort. Dans les années 80 le meurtrier recommence. A chaque fois, une femme policière ou collaborant avec les forces de l’ordre est proche de démasquer le tueur.

De nos jours, les preuves ressurgissent et l’enquête reprend et avec l’apport des nouvelles technologies, le meurtrier n’est plus à l’abri.

La critique :

L’Archipel Des Lärmes est, à sa façon, une petite épopée criminelle. Entre 1944 et 2019, l’auteure nous plonge dans la noirceur d’une Suède longtemps réfractaire à l’égalité homme/femme. En effet, les meurtres sont ici le fil rouge de l’histoire de 4 femmes, Eslie, Britt-Marie, Hanne et Malin dont l’engagement dans la police comme adjointe, agent, enquêtrice ou profileuse ne plaît pas forcément à leurs collègues ou leurs supérieurs. Elles se heurtent chacune à son époque et de manières différentes au machisme d’une société pas toujours prête à évoluer en même temps qu’elles, une société campée sur des principes archaïques et réticente aux changements sociétaux qui s’opèrent durant ces années là. Au-delà de cette société patriarcale à laquelle elles se frottent toutes, elles comprendront aussi que parfois l’opposition vient d’autres femmes et cela, pour diverses raisons.

Tout au long de son roman, Camilla Grebe distille cette facette peu reluisante de la société suédoise mais, elle n’en oublie pas pour autant d’écrire un vrai thriller qui ne se cache pas sous son aspect sociétal. Dès les premières pages, impossible de décrocher tant l’auteure nous piège dans une toile de noirceur et de meurtres qui s’enchaînent à travers les années dans les 4 récits différents. 4 récits de femmes courageuses et tenaces face à la mort d’autres femmes ou face au comportement ouvertement hostile de leurs homologues masculins. Notre implication auprès des différents protagonistes dans leurs enquêtes au fil des années est menée de main de maître par l’auteure. Les scènes du quotidien ne sont jamais injustifiées, elles nous offrent toujours des informations sur les différentes héroïnes de ce roman, sur leurs enquêtes ou leur place dans la société.

Peu importe l’époque à laquelle se déroule l’intrigue, le rythme est constant et chacune des héroïnes parvient à rester dans notre mémoire. C’est là l’un des points forts de Camilla Grebe et de ce livre. Sans être réellement un roman choral type, l’auteure y a créé 4 personnages féminins de hautes volées que l’on suit avec plaisir et, parfois, un peu de frustration. Chaque lecteur pourra d’ailleurs avoir sa favorite mais toutes ont une importance majeure dans le récit.

L’Archipel Des Lärmes est un roman qui se lit très vite, qui est addictif et que l’on referme à regret, triste de devoir quitter ces héroïnes et certains autres personnages masculins. Car, si quelques hommes montrent ici leur côté obscur, d’autres se révèlent attachants ou intrigant, personnages parfois complexes dont l’implication dans l’enquête à divers degrés se trouve être capital pour le récit.

Si parfois les auteurs de polar nordique peuvent nous perdre dans une culture riche, parfois difficile d’accès et éloignée de la notre, ce n’est absolument pas le cas avec ce formidable thriller, dense et accrocheur que nous offre Camilla Grebe. L’auteur évite toute lourdeur avec la thématique sociétale qu’elle développe et cela accentue même la richesse de ce thriller sombre et intelligent.

L’auteur :

Camilla Grebe est la grande révélation du polar/thriller scandinave de ces dernières années. Son premier roman, Un Cri Sous La Glace, paru en 2017, a tout de suite connu un énorme succés, confirmé l’année suivante par Le Journal De Ma Disparition. Après L’Ombre De La Baleine en 2019, L’Archipel Des Lärmes est son 4ème roman paru, toujours dans le genre thriller, mêlant psychologie et polar scandinave.

Le détail :

En un seul roman, Camilla Grebe nous livre un parfait résumé du rôle des femmes dans la police au fil des années. D’abord cantonnée aux tâches administratives, devenant les secrétaires de leurs collègues masculins, elles deviennent progressivement enquêtrices, profileuses ou autre. En plus de cela, l’auteure nous donne une vision masculine et misogyne de cette évolution à travers les yeux d’un personnage commun à plusieurs enquêtes.

La parenthèse :

La littérature scandinave a le vent en poupe depuis quelques années et particulièrement les auteurs de polar. De Stieg Larsso (créateur de Millenium), Henning Mankell et son fameux Wallander en passant par Camilla Läckberg, Lars Kepler, Arnaldur Indrioason, Jo Nesbo, Jussi Adler-Olsen ou Ragnar Jonasson, de nombreux best-sellers du Noir de ces dernières années nous sont venus du Nord.

Sébastien L. pour MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
 Page Facebook : Masscritics
 Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *