Le jour de ma mort (Jacques Expert)

«Le premier jour du reste de ta vie » 15/20

Le synopsis :

Le jour de ma mort : Charlotte, jeune femme sans histoire, se réveille en sursaut en pleine nuit. Nous sommes le 28 Octobre et, 3 ans auparavant, lors d’un voyage à Marrakech avec ses amies, un voyant lui prédit sa mort à cette date. Elle n’y avait plus pensé même lorsque les prédictions concernant ses amies se sont accomplies. Son petit ami en déplacement à l’étranger, la voilà seule dans son appartement avec son chat. L’angoisse monte sournoisement en elle au fil des minutes et chaque bruit devient suspect surtout lorsqu’elle apprend qu’un tueur en série sévit à Paris et que toutes ses victimes lui ressemblent et qu’elles avaient toutes un chat…

La critique :

L’idée de base du roman de Jacques expert pourrait se résumer en une phrase. La force de l’auteur est d’en tirer un roman anxiogène capable de nous tenir en haleine sur la longueur. Pari réussi encore une fois pour Jacques Expert. Hormis quelques souvenirs nécessaires à poser l’intrigue et à développer la psychologie et le passé de son héroïne, tout le roman se déroule le 28 Octobre ! Les chapitres courts voire très courts accentuent grandement cette notion d’enchaînement des événements depuis le réveil abrupt de Charlotte. Les passages concernant ses souvenirs (proches ou plus lointains) sont les seuls moments offrant au lecteur de reprendre son souffle.

La paranoïa qui s’empare de la jeune femme permet à l’auteur de laisser libre cours à toutes les menaces potentielles pour elle. Si le tueur en série terrifiant la capitale semble être la menace numéro 1, Charlotte n’est-elle pas elle-même un danger pour sa propre vie ?

L’auteur alterne les points de vue selon les chapitres, passant d’une troisième personne descriptive pour Charlotte, faisant de nous de simples spectateurs de ses (més)aventures à une première personne du singulier pour les chapitres évoquant le fameux tueur en série. Ce changement de personne met aussi en relief les différences entre ces deux personnages. Lorsque le meurtrier fait preuve d’humour noir et de confiance en lui (ses chapitres sont presque un journal méthodologique de sa façon de tuer), Charlotte apparaît excessivement naïve, au point de passer pour une cruche sans caractère, malléable à souhait et ne retenant que les défauts de ses proches sauf son petit ami, au-dessus de tout et de tous.

Jacques expert nous manipule tout au long de cette intrigue où nous basculons avec charlotte dans chacune de ses frayeurs, vers un monde où chaque voyage de l’ascenseur signifie l’arrivée de l’ennemi, où chaque grincement la rapproche d’une mort annoncée. C’est ainsi que nous voilà impliqués dans cette journée cauchemardesque pour Charlotte, attendant avec impatience que sonne minuit et que se termine ce dimanche pluvieux.

L’isolement relatif de l’héroïne dans son immeuble est également le reflet de sa vie, et cela met en exergue son comportement envers ses voisins, la gardienne de l’immeuble où les rares personnes pour qui elle ressent un peu d’empathie. Leur point commun à tous ? Etre honnis par le petit ami, celui qui semble vouloir isoler encore plus sa belle pour mieux les manipuler. Et, ces personnages, secondaires au mieux, Jacques Expert excelle à leur donne à tous une véritable identité en quelques mots, une couleur propre à chacun qui les rend encore plus réels à tel point que l’on pense forcément à l’une ou à l’autre de nos connaissances. Par ce biais, nous acceptons encore plus facilement la paranoïa de Charlotte, justifiant chacune de ses craintes, nous glissant auprès d’elle dans son petit appartement afin de l’aider à protéger sa vie (et celle de son chat ?) d’un danger hypothétique, d’un tueur dont elle n’est peut-être pas la cible, et cela jusqu’à l’implacable dénouement final.

Jacques expert nous livre cette fois encore un roman rythmé et captivant dès les premières pages. Il s’éloigne peu à peu du style un peu « documentaire » de certains de ses romans pour une écriture plus riche et moins démonstrative à la fois. Le jour de ma mort (Sonatine) fait partie de cette catégorie de roman qui vous assure de passer une bonne soirée ou une terrible nuit blanche…

L’auteur :

Ancien grand reporter et directeur des programmes de RTL, Jacques Expert est aussi l’auteur de la série Histoires criminelles sur France Info. Désormais écrivain à temps complet, il nous livre ici un roman empreint de réalisme. S’inspirant souvent de faits divers, il est désormais l’un des maîtres du thriller psychologique francophone.

Le détail :

Le choix d’installer Charlotte dans un immeuble parisien n’est pas innocent. La bâtisse est quasi vide puisque à part notre héroïne, il n’y reste que la gardienne et son fils, un vieil homme atteint de surdité ainsi qu’un étrange personnage logeant dans une chambre de bonne ; Cet isolement en plein milieu urbain permet à l’auteur d’amplifier la paranoïa de charlotte mais également d’installer un trouble quant aux motivations des uns et des autres.

La parenthèse :

Le Noir dans le quotidien prend de plus en plus d’ampleur en littérature. Si, auparavant, thriller ou polar rimait avec grosse machine américaine (ou à l’américaine quand l’auteur était français), depuis quelques années, des auteurs comme Jacques Expert (Qui ?, Deux gouttes d’eau, Le jour de ma mort, …), Olivier Norek (Entre deux mondes, Surface, …), Sandrine Destombes (Les jumeaux de Piolenc, Le prieuré de Crest,…) ; entre autres ; ont réussi le pari de faire rimer thriller avec quotidien et héros avec Monsieur ou madame Tout le monde.

Sébastien L. pour MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *