Le Passeur (Lois Lowry)

Une dystopie qui interroge le jeune lecteur et le pousse à la réflexion! 18/20

Le résumé:

Dans le monde où vit Jonas, la guerre, la pauvreté, le chômage, le divorce n’existent pas. Les inégalités n’existent pas. la désobéissance et la révolte n’existent pas. L’harmonie règne dans les cellules familiales constituées avec soin par le comité des sages. Les personnes trop âgées, ainsi que les nouveaux-nés inaptes sont « élargis », personne ne sait exactement ce que cela veut dire. Dans la communauté, une seule personne détient véritablement le savoir : c’est le dépositaire de la mémoire. Lui seul sait comment était le monde, des générations plus tôt, quand il y avait encore des animaux, quand l’oeil humain pouvait encore voir les couleurs, quand les gens tombaient amoureux. Dans quelques jours, Jonas aura douze ans. Au cours d’une grande cérémonie, il se verra attribuer, comme tous les enfants de son âge, sa future fonction dans la communauté. Jonas ne sait pas encore qu’il est unique. Un destin extraordinaire l’attend. Un destin qui peut le détruire.

La critique:

A travers l’histoire de Jonas, jeune garçon de 12 ans, Lois Lowry invite son lecteur à s’interroger sur l’importance du libre arbitre et la valeur de la liberté. Car derrière la description de cette société en apparence harmonieuse, ne connaissant ni guerre ni souffrance, on découvre en fait une société aseptisée que personne n’aurait l’idée de remettre en question. Une vie monotone, sans saveur, sans sentiments et même sans couleurs. Une société dans laquelle on se protège du passé et des souvenirs en les confiant à une seule personne : le dépositaire de la mémoire.

C’est lorsque Jonas débutera sa formation auprès du dépositaire actuel qu’il commencera à ouvrir les yeux sur la véritable nature du monde dans lequel il vit. Peu à peu, il va se rendre compte que cette société est totalement contre nature, niant l’individualité et ce qui fait l’être humain : les sentiments. A mesure que Jonas remettra en question son mode de vie, le lecteur s’interrogera sur sa propre situation. Certes, notre monde est loin d’être parfait mais cette société là n’est-elle pas encore pire? La réponse nous apparaît clairement au fil des pages.

Bien que ce livre soit destiné à un jeune public, il saura toucher les lecteurs de tout âge même si la trame générale du roman reste assez simple et sans réelle surprise. En effet, la force de ce roman n’est pas réellement dans ce qu’il raconte mais plutôt dans la réflexion qu’il peut apporter à un jeune lecteur. Entre science fiction et fantastique, l’auteur initie les plus jeunes, dans un style simple et accessible, aux notions de liberté, de libre arbitre et à l’importance de l’individualité tout en rappelant au plus grands que nous possédons quelque chose de précieux : la liberté de faire ses propres choix.

L’auteur: 

Ecrivaine américaine, Lois Lowry est particulièrement versée dans la littérature jeunesse. Dystopies et fantastique sont ses deux genres de prédilection. Elle est une des rares auteures à avoir reçue deux fois la médaille Newbery. Celle-ci récompense chaque année le meilleur livre pour enfants américain. 

Le détail: 

Lois Lowry a reçu la médaille Newberry pour Le passeur (édité par L’école des loisirs en France) en 1994. Son roman sera ensuite adapté en film en 2014 par Phillip Noyce sous le titre The Giver

La parenthèse:

Le Passeur est le premier tome de la série Le Quatuor. Trois autres tomes ont en effet suivis. L’élue en 2001, Messager en 2004 et Le fils en 2014.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *