Le vent dans les saules : le bois sauvage (Michel Plessix)

Un conte merveilleux et intemporel! 18/20

Le synopsis :

Le vent dans les saules : le bois sauvage: Taupe, lassé de faire le ménage, décide enfin de sortir de sa tanière pour profiter des premiers rayons du soleil printaniers d’une journée qui s’annonce radieuse. Il fait très rapidement la rencontre de Rat et nos deux compères décident de faire un pique-nique. A ce moment précis, ils ne savent pas encore que l’arrivée d’autres animaux vont les mener à vivre une drôle d’aventure.

La critique :

Une très belle immersion dans la faune et la flore de la campagne. Cette BD est une balade en toute simplicité au cœur de la nature, qui au fil des rencontres, nous fait découvrir la vie du bois sauvage. Ces animaux personnifiés, doués de paroles et vêtus comme des humains, en deviennent attachants.

Dans cette œuvre souffle un vent d’innocence et de légèreté qui permet de s’évader tout en douceur dans un monde inconnu qui réserve de belles petites surprises… mais aussi quelques mésaventures offrant des rebondissements inattendus. Dès l’invitation à pique-niquer de Rat, on se doute déjà que la suite ne sera pas un long fleuve tranquille.

Cette histoire se vit à la manière d’un conte qu’il faut prendre le temps d’apprécier. Adapté du célèbre roman éponyme de Kenneth Grahame, un écrivain d’origine écossaise, Michel Plessix, le dessinateur de la bande dessinée, a su revisiter avec brio le cadre fantastique dans lequel évoluent les personnages ainsi que le thème de l’anthropomorphisme. C’est aussi une manière de dépeindre et de reléguer au second plan certains traits de la société. On se laisse également emporter par le délicieux graphisme, proche d’un tableau à contempler, qui nous autorise à rêver.

C’est un récit intemporel, une merveilleuse parenthèse et un retour à l’enfance, on se délecte de cette histoire seul ou en famille, un petit moment de bonheur dans une reliure cartonnée.

L’auteur :

Michel Plessix a fait du Vent dans les saules : Le Bois sauvage (Delcourt) une fabuleuse redécouverte d’un classique de la littérature Outre-Manche datant du début du siècle dernier. Les chiffres témoignent de son succès puisque plus de 200 000 exemplaires ont été écoulés et les prix décernés à cet album sont très nombreux.

Le détail :

La série compte quatre tomes en tout et c’est tout naturellement que le dessinateur a décidé de laisser libre court à son imagination en donnant suite aux péripéties de ces animaux un peu particuliers. Cette fois Le Vent dans les sables fait voyager le lecteur sur un autre continent : l’Afrique.

La parenthèse :

Si cette bande dessinée fait désormais partie de vos lectures préférées, vous serez tout autant charmé par les autres romans graphiques des deux séries mentionnées ci-dessus. De quoi faire durer le plaisir !

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *