L’enfant de l’étranger (Alan Hollinghurst)

Une intrigue qui peine à avancer, engluée dans un style lent et lourd. 10/20

Le résumé:

1913, dans le Middlesex. George, fils de la famille Sawle revient de Cambridge où il étudie, et se rend dans la propriété familiale des Deux Arpents afin de présenter son ami Cecil Valance, poète, aristocrate et charmeur, qui est également son amant.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, et se déroulera jusqu’en 1980, avec pour fil rouge un poème écrit par Cecil à Daphné, la jeune sœur de George.

La critique: 

La quatrième de couverture annonce « un immense roman dans lequel il faut se laisser glisser (…) ». Immense, certes, 765 pages. Beau bébé. Quant à se laisser glisser, cela est plus difficile tant l’écriture de l’auteur est … particulière. En effet, le style est lent, lourd, les faits rapportés parfois inintéressants et superflus, et empêtrés dans des non-dits, des incompréhensions… C’est une chose de tenter d’apporter de la profondeur et du relief à un récit en y ajoutant des détails à foison, c’en est une autre d’assommer le lecteur avec une succession de faits et gestes des personnages qui sont parfaitement insignifiants et nous empêtrent complètement, comme dans une espèce de jelly moite dont on a qu’un envie : sortir.

Car non content d’avoir un style d’écriture qui se distingue par sa lenteur, le récit en lui même n’avance pas. Même un lecteur patient se surprendra à sauter des passages entiers de descriptions ou autre, pour ne lire que les dialogues dans l’espoir de voir l’intrigue avancer, ou encore dans celui d’assister à une action, un rebondissement venant dynamiser la lecture.

Le fond, dépouillé de la forme décrite ci dessus comme ennuyeuse, aurait pu être intéressant, et était pour le moins ambitieux. L’histoire en elle même constitue ainsi un argument de poids en faveur de ce livre. Malheureusement, les bonds dans le temps laissent le lecteur perdu à cause des irruptions in media res dans le nouveau pan du récit ; à peine s’habitue t-on à un cadre et aux personnages qu’il renferme que l’on est catapulté des décennies plus tard. Il faut alors recommencer tout le travail de mémorisation des personnages, des liens entre eux, des lieux etc.

Les personnages quant à eux ne sont pas vraiment attachants. Le champ lexical utilisé lors de leur intervention se résume bien souvent à « glousse », « ricane » ou « se moque d’untel ». L’ironie est grinçante et laisse le lecteur perplexe quant à son origine. En bref, il faut faire preuve de patience pour arriver au bout de ce livre, mais peut être qu’il existe des amateurs de ce genre sans doute très « british », qui malgré tout ne manque pas d’élégance et peut avoir son charme. Pour les autres, ne vous attardez pas sur ce livre…

L’auteur :

Alan Hollinghurst est un écrivain, poète et traducteur britannique, né en 1954 à Stroud. En 1979, il obtient une maîtrise en littérature et devient maître de conférence dans plusieurs universités, puis enseignant à l’University College de Londres. L’enfant de l’étranger (Le livre de poche) est son cinquième roman, et le troisième ayant été traduit et publié en France.

Le détail :

Parmi les thèmes qui sont abordés dans ce roman on retrouve notamment le rapport de la société britannique et aristocratique à l’homosexualité. Il s’agit de thèmes récurrents dans les œuvres de Hollinghurst. Ainsi, il a obtenu sa maîtrise en littérature grâce à un mémoire sur les œuvres de Ronald Firbank, E. M. Forster et Leslie Poles Hartley, trois écrivains homosexuels.

La parenthèse :

En 2013, L’enfant de l’étranger a reçu le prix du Meilleur livre étranger, et les critiques de la presse à son égard sont plutôt favorables. En revanche, la communauté de lecteurs « amateurs » sur internet ne semble pas du même avis… Ce livre divise, aussi la meilleur façon de vous en faire une opinion est encore de le lire !

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Une pensée sur “L’enfant de l’étranger (Alan Hollinghurst)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *