Les aigles de l’Empire : L’aigle de la légion (Simon Scarrow)

Une fiction historique rythmée qui nous initie aux rouages d’une légion romaine. 14/20

Le synopsis :

Promu au dessus de ses pairs sur ordre de l’Empereur, Cato, jeune recrue de la deuxième légion romaine, va devoir se faire à un mode de vie bien différent de celui auquel il a été habitué. Si son grade d’Optio, qu’il n’a nullement mérité lui attire l’inimitié de ses compagnons d’armes, il réussit néanmoins à gagner le respect de son Centurion, Macro.

Alors qu’on leur confie une mission secrète lors de la campagne de Bretagne, les deux hommes vont se retrouver entraîner dans une lutte désespérée pour leur survie….

La critique :

Les aigles de l’Empire nous plonge en pleine époque romaine au coeur d’une légion. Le jeune Cato s’y voit envoyé afin de tenir ses engagements et ainsi obtenir sa liberté. Alors même qu’il n’est pas du tout taillé pour le poste d’Optio qu’on va gracieusement lui accorder, il va devoir affronter et se faire à une vie rude, brutale et impitoyable.

La majeure partie de ce premier tome s’attache donc à nous présenter la vie quotidienne au sein d’une centurie mais aussi les nombreux déboires auxquels sera confronté notre jeune recrue, bien plus versé dans les lettres que dans l’art du combat militaire. 

Au vue du contexte, la galerie de personnages est donc principalement composé d’hommes. Cette ambiance 100 % masculine pourrait ne pas conquérir les éventuelles lectrices. D’autant que les rares personnages féminins ne brillent pas par leur profondeur. L’une d’entre elle tiendra cependant , il faut bien l’avouer, un rôle prépondérant dans cette histoire.

L’intrigue mêle politique, jeux de pouvoirs, complots et stratégie militaire. Scènes de combats alternent ainsi avec des phases plus calmes offrant un bon rythme général à ce premier volume. Pour autant, j’ai eu bien du mal à me plonger dans ce livre. L’intrigue n’est pas des plus palpitantes et l’absence de personnages féminins digne de ce nom m’a un peu rebuté.

Quant à la naïveté déconcertante de Cato concernant son soi disant « coup de foudre », elle a tout bonnement fini d’étouffée l’étincelle d’intérêt que je tentais de maintenir vivace. Certes il est jeune et inexpérimenté et ses lectures et sa jeunesse le poussent a idéalisé un peu la chose. Mais bon là, ils n’a même pas échangé deux mots avec sa « bien aimée » qu’elle lui offre déjà ses faveurs. Lui, semble trouver cela tout a fait dans l’ordre des choses… La vivacité d’esprit qu’on lui prête, semble de fait, complètement se faire la malle lorsqu’il s’agit de ses relations avec les femmes. 

Au final, Les aigles de l’Empire a été pour moi une lecture plutôt laborieuse. Mais je ne peux nier que ce premier tome possède certaines qualités, notamment un sens aigu du détail, et une retranscription fidèle de l’époque, qui plairont certainement aux amateurs de fictions historiques et particulièrement à ceux s’intéressant à l’époque romaine et à cette mythique armée.

L’auteur :

Auteur britannique, Simon Scarrow est surtout connu pour sa série Les aigles de l’Empire.

Le détail :

Au début du livre la chaîne de commandement de l’armée romaine en 43 après J-C ainsi qu’une petite carte du sud est de la Bretagne à cette même période nous aide à mieux appréhender l’histoire. De plus, en fin d’ouvrage un petit texte vient nous en apprendre davantage sur l’organisation d’une légion romaine.

La parenthèse :

Vous avez aimé Les aigles de l’Empire : L’aigle de la légion ? Sachez que la série se compose de 16 tomes ! En France, elle sera publiée chez Bragelonne.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Une pensée sur “Les aigles de l’Empire : L’aigle de la légion (Simon Scarrow)

  • 16 avril 2019 à 9:44
    Permalink

    Ah ça me tente et puis j’ai lu qu’il y avait 16 tomes… Un peu de trop dommage…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *