Les Artilleuses – Le vol de la Sigillaire (Pevel et Willem)

Une folle aventure dans le Paris des Merveilles ! 17/20

Le synopsis :

Paris des Merveilles, 1911. Les Artilleuses sont sur nouveau coup : le vol d’une mystérieuse relique, la Sigillaire. Mais cette folle entreprise va leur valoir d’être pourchassées non seulement par les Brigades du Tigre mais également par les redoutables services secrets du Kaiser…

La critique :

Avec Les Artilleuses, Pevel et Willem nous propose une aventure basée sur la série Le Paris des merveilles. Cependant, si la BD en reprend l’univers, il s’agit toutefois ici d’une histoire complètement indépendante. En effet, celle-ci met en scène des personnages originaux, sous les traits de trois jeunes femmes : Lady Remington, Mam’Zelle Gatling et Miss Winchester, respectivement magicienne, fée et tireuse d’élite. Des femmes aux forts tempéraments et qui n’ont pas froid aux yeux !

À elle trois elle nous entraîne dans une folle aventure. Du hold-up, qui conduira la police à leur trousse, jusqu’à leur fuite sur les chapeaux de roues, nos trois héroïnes nous entraînent au cœur de l’action. Futées et sûres d’elles elles sont bien décidés à en découdre et ne sont pas prête de se rendre !

Ce premier tome nous emporte ainsi dans un tourbillon d’action et de péripéties, une débauche de coup de feu, d’explosion et une touche de magie qui entraîne le lecteur au cœur de situations tendues et qui paraissent à première vue inextricables. Mais il en faut plus pour décourager nos trois amies, qui finissent toujours par s’en sortir in extremis, mais non sans quelques égratignures !

De fait, on ne s’ennuie pas un seul instant à leur côté. Si bien qu’on regrette de devoir les quitter si tôt, tant on voudrait connaître la suite de leur folle équipée et profiter un peu plus longtemps de cet univers porté par le graphisme dynamique de Willem. En effet, celui-ci met joliment en scène nos trois héroïnes, sous des traits expressifs et dans de beaux décors. Il nous plonge sans mal dans ce Paris du début du 20e siècle où il n’est pas rare de croiser fées, gnome et autres créatures merveilleuses.

Un premier tome exaltant donc et non dénué d’humour, qui nous plonge avec délice dans un univers steampunk, aux côtés de trois jeunes femmes pleines de charme et de ressources. Une aventure captivante et pleine d’action pour un pur moment de divertissement !

L’auteur :

D’abord scénariste, journaliste et auteur pour les jeux de rôles, Pierre Pevel devient ensuite romancier. Il écrit plusieurs série de fantasy sous le pseudonyme de Pierre Jacq, avant de signer ses livres de son vrai nom. En 2001, c’est la trilogie des Ombres de Wielstadt qui le fait connaître. Puis, en 2003, sort le 1er tome du Cycle Ambremer qui sera renommée Le Paris des Merveilles à son rachat par les éditions Bragelonne. Viendront ensuite deux autres succès Les Lames du Cardinal et Haut-Royaume.

Auteur et dessinateur, Étienne Willem travaille au studio d’animation 352 au Luxembourg comme superviseur story-board. Il est l’auteur de la série Vieille Bruyère et Bas de Soie et a également réalisé la série L’Épée d’Ardenois. Il travaillera ensuite sur une série d’inspiration steampunk : Les Ailes du Singe puis signera La Fille de l’Exposition universelle avec Jack Manini au scénario.

Le détail :

Crée en 2019, Drakoo est une maison d’édition dédiée à l’imaginaire sous toutes ses formes, qui veut transporter ses lecteurs vers de nouvelles frontières.

La parenthèse :

Si vous avez aimé cette bande dessinée, et que vous ne connaissez pas encore les romans de Pierre Pevel, alors nous ne pouvons que vous conseiller de vous lancer dans la série Le Paris des Merveilles.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *