Les jours heureux (Antoine Dole)

Un recueillement sous le signe du bonheur et du renouveau. 15/20

Le résumé :

Yuko et Sora attendent ce moment depuis longtemps. Aujourd’hui, c’est le Hanami ! Un rituel traditionnel japonais pour célébrer le sakura (fleur de cerisier) qui symbolise la vie sur terre. Pour l’occasion, les japonais se réunissent en famille, entre amis ou entre collègue pour fêter ça.

Les deux jeunes protagonistes profitent de ce jour pour rendre hommage à un être cher : leur maman qui ne pourra plus jamais vivre cette fête somptueuse. Mais Yuko et Sora ont bien envie, eux, de revivre ce moment de bonheur qui leur rappelle tant leur maman ! Ils n’hésiteront pas à se replonger dans leurs souvenirs, à rêver et à se délester de leur fardeau.

La critique :

  • Un album poétique qui enchaîne les haïkus (poème japonais extrêmement bref qui décrit une émotion, un moment qui passe et qui émerveille ou qui étonne)
  • Un texte qu’il faut lire plusieurs fois pour en saisir le sens lorsque le lecteur n’est pas habitué à ce style d’écriture. Il en ressort tout de même une histoire touchante et admirable
  • Un album qui nous plonge dans une coutume japonaise qui n’a pas son pareil en France (et qui pourra être l’occasion d’une recherche et d’un approfondissement sur le sujet pour les curieux)
  • Des illustrations splendides qui jouent avec les couleurs et les motifs d’une manière admirable.
  • Une ode à l’amour et à la tendresse
  • Un sujet fort : la disparition d’un être cher et de tout ce qui en découle
  • Un recueillement important et nécessaire pour les deux jeunes enfants

L’illustratrice :

Seng Soun Ratanavanh est dessinatrice et peintre. Les illustrations de l’album Les jours heureux ont été réalisées sur des panneaux en bois. Ainsi, chaque page comporte des « manques » qui laissent apparaitre le bois brut ! Représentation des blessures que laissent la perte d’un proche avec lesquelles il faudra continuer à vivre… Des jours heureux !

L’auteur :

Antoine Dole est un auteur de bande dessinée, de romans et d’albums (Mortelle Adèle, Ueno Park, Le monstre du placard existe (et je vais vous le prouver !)). Il décrit parfaitement son livre : « C’est l’idée que demain, comme les fleurs d’Hanami, et malgré ses douleurs, notre cœur pourra recommencer à battre et à éclore à nouveau ».

L’éditeur :

Les éditions nobi nobi ! me font une nouvelle fois sortir de mes lectures habituelles… Mais c’est toujours un plaisir de découvrir ces petites merveilles !

Public visé :

À partir de 6 ans.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
 Page Facebook : Masscritics
 Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *