Les mystères de Jeannot et Rebecca (Lucas Méthé)

Une nouvelle vie qui s’annonce trépidante! 11/20

Le résumé :

À sept ans, Jeannot vient de casser sa tirelire pour s’offrir une ferme. Dans cette ferme, mise à part son oie Rebecca, il n’y a aucun animal ! Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir mis des annonces. Le jeune garçon va devoir résoudre ce drôle de mystère : pourquoi aucun animal ne veut venir travailler dans sa ferme ? Il demande à son oie de l’aider mais à force de courir partout, elle finit par tomber de fatigue. Il essaye de prendre les choses en mains mais l’inspection du grenier le fait tellement frémir de peur qu’il préfère aller se coucher.

Sa maman finit par avoir vent du désarroi de son fils et décide de venir l’aider. Avant qu’elle n’arrive à la ferme, un mystérieux voisin vient sonner à la porte de Jeannot pour l’aider…

La critique :

  • Les illustrations ne m’ont pas réellement emballé car elles sont un peu trop brouillon, pourtant, une fois plongée dans le récit, elles m’ont tout de même fait rire
  • Une histoire extravagante qui part dans tous les sens, les mystères sont partout du début à la fin et n’obtiennent en définitif aucune réponse
  • L’humour est tout de même présent dès le départ : à sept ans, s’acheter une ferme avec les sous de sa tirelire…
  • L’auteur laisse le lecteur se faire sa propre idée, les lectures peuvent être multiples !
  • Un récit au rythme endiablé à l’image des deux personnages principaux Jeannot et Rebecca
  • Les animaux sont tous plus farfelus les uns que les autres : une oie qui arrive à se faire comprendre, des animaux qui passent un entretien d’embauche, un âne qui rédige « la gazette de la ferme »
  • En bref, une bande dessinée qui part dans tout les sens sans réel but sinon de faire rire le lecteur et c’est tout de même réussi

L’illustrateur :

François Henninger a étudié la bande dessinée à l’Ecole européenne supérieure de l’image. Il conçoit la revue Le Mouchoir avec Alexandre Clérisse et Tony Neveux. Il collabore aussi avec divers fanzines (Dame Pipi Comix) et revues (Le coup de grâce). 100 m2, sa première bande dessinée, est publiée en 2008.

L’auteur :

Lucas Méthé a commencé par réaliser deux numéros d’un fanzine à très petit tirage avant de publier son premier livre Ca va aller en 2005. Plusieurs autres suivront comme L’apprenti ou encore Mon mignon, laisse-moi te claquer les fesses.

L’éditeur :

L’atelier du poisson soluble publie ici une bande dessinée jeunesse complètement décalée et déjantée qui se lit sans se poser de question dans un but bien précis : se détendre !

Public visé :

À partir de 8 ans.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *