Les Vils Veinards (T1) (Paul Durham)

Une seule règle : laisse tes préjugés de côté… les méchants ne sont pas ceux que tu crois. 15/20

Le résumé :

Dans le petit village où a grandi Rye, la légende locale fait référence à des bandits des bas-fonds, les Vils Veinards. Ces hors-la-loi auraient jadis sauvé le village de l’attaque de terribles monstres, les Nobelins, avant d’en être chassé à leur tour.

Rye vit dans la partie de la ville la plus délaissée par le noble qui a en charge le comté. Sa mère a établi des règles strictes concernant ses sorties. Lorsqu’elle enfreint la première injonction afin de rejoindre ses amis à une fête, elle ne sait pas encore qu’il va lui falloir se défaire aussi de toutes les autres. Effectivement, les Nobelins, des monstres des marais sont de retour et il n’y a plus personne pour les défendre depuis l’exclusion des Vils Veinards.

Alors, prêt à entrer dans un monde incroyable ?

La critique :

Le livre commence admirablement par une poursuite de toit cela vous met directement dans l’ambiance.

Il n’est pas nécessaire d’en lire beaucoup pour saisir le potentiel de ce roman. Le moyen-âge, des légendes, une bande d’enfants, une héroïne intrépide, un château et un injuste seigneur. Certes, des éléments plutôt classiques, mais bien ordonnés, avec de nouveaux éléments qui arrivent progressivement au fil de la lecture. Avec les éléments de mystère, d’aventure et des frissons de monstre, on devient rapidement absorbés par cette histoire qui se passe dans un village de style médiéval.

Durham a fait un travail magnifique construisant ce monde fictif et l’a peuplé avec un merveilleux casting. Trois enfants sont les héros d’une histoire mêlant êtres surnaturels, roi sans pitié, personnages énigmatiques.

Leader du trio, RYE est curieuse, décidée, ce qui la conduit vers les aventures. Elle est assistée de QUINN, garçon serviable et fils instruit du forgeron. Leur amie FOLLY quant à elle s’amuse beaucoup à inventer des mixtures à usage varié mais aux résultats incertains… Les personnages sont attachants, humains ou non. Le lecteur appréciera aussi le personnage de Nox, un chat irascible mais attachant.

Un roman d’aventures sous fond de secret de famille qui fonctionne bien. L’héroïne fonce à cent à l’heure de problème en problème, aidée par ses amis. Ceux qui aiment le fantastique et les aventures haletantes apprécieront ce bon roman aux ressorts classiques, mais traités avec originalité. Paul Durham a su me séduire avec son récit destiné à un public jeunesse (10-14 ans) mais qui se lit franchement avec plaisir à tout âge. Le premier tome d’une trilogie bien construite et entrainante.

L’auteur :

Paul Durham a grandi dans le Massachusetts et vit maintenant dans le New Hampshire avec sa femme, ses filles et un énorme truc poilu que le refuge local pour animaux a défini comme un chat… Il écrit dans une coopérative aviaire abandonnée, à côté d’un marécage. Il garde toujours dans sa poche une petite grenouille en porcelaine comme porte-bonheur.

Les Vils Veinards a déjà été récompensée par plusieurs prix depuis sa sortie en 2014 aux Etats-Unis. Dont celui de la Grande Bibliothèque de New-York, en faisant une valeur sûre auprès de son public.

Le détail :

L’imaginaire de l’auteur est également prolongé par des illustrations en noir et blanc, signées de la main de Zac Gorman, permettant de mieux cerner son monde et ses idées.

Les illustrations accompagnent fort bien l’écriture et donnent une consistance aux personnages et aux actions qui ne manquent pas, et aèrent un peu le contenu assez dense et rythmé de ce livre ; mais je vous rassure, même un jeune lecteur ne verra pas passer ces 480 pages.

La parenthèse :

Si vous avez aimé les aventures de Rye, alors nous ne pouvons que vous conseiller L’épouvanteur  de Joseph Delaney qui vous plongera au coeur d’un univers frissonnant et magique.

MassCritics
L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.