Les voleurs de vœux (Jacqueline west)

Tous les hommes font la même erreur, de s’imaginer que bonheur veut dire que tous les voeux se réalisent. (Tolstoï) 13/20

Synopsis :

Mal-entendant, Giovanni a développé ses autres sens et notamment la vue. Alors, lorsqu’il aperçoit une jeune fille récupérer une pièce dans une fontaine, son monde bascule.

Il découvre alors une fascinante société secrète qui collecte les vœux : mais est-ce à bon escient ?

La critique:

Et vous, que feriez-vous si vous aviez le pouvoir de ? À travers son roman Jacqueline West invite le lecteur à une réflexion sur les voeux, leurs réalisations et leurs impacts. A la fois roman initiatique et roman d’aventure, je n’ai pourtant pas totalement adhérer à ce livre.

L’auteur met en scène le petit Giovanni, mal-entendant, qui a le pouvoir de discerner les choses que les autres ne voient pas. En effet, il a su développer ses autres sens, pour partir lui aussi à l’aventure. Même si l’auteur joue très bien la carte de la description pour présenter les ressentis et pensées du jeune héros, il m’a manqué quelque chose, peut-être plus de profondeur.

En effet, présenter le jeune héros comme un enfant normal, semblable à ses copains malgré sa petite différence, est un sujet qui mérite le prix que l’auteur a reçu. Mais je n’ai pas eu l’impression que l’auteur ai creusé profondément les facettes de son personnage principal. Pour les jeunes lecteurs, elle met bien en avant effectivement le fait que la différence ne bloque en rien la possibilité d’effectuer de grandes choses. Mais je trouve que ce côté de l’histoire est un peu occulter par l’aventure que suit notre Giovanni.

Car ce livre est avant tout une histoire d’aventures. En jouant sur le monde onirique et des vœux, l’auteur propose une histoire qui est très agréable à lire, mais là encore il m’a manqué un petit twist pour pouvoir m’immerger totalement dans l’histoire. Même si j’ai accroché avec le monde proposé par l’auteur, ses codes et personnages, j’ai trouvé que l’histoire met du temps à s’installer. Peut-être que j’ai loupé l’indice magique mais je ne peux pas remettre en cause le talent narratif de Jacqueline West.

À travers ces descriptions, on a facilement l’impression de vivre les aventures du jeune héros, de ressentir ses émotions et ressenti. On se laisse également très facilement prendre au jeu du chat et la souris qui s’instaure entre le monde réel et le monde des souhaits. Cependant, il me manque peut-être un zeste de folie, à l’égal des possibilités qu’offre l’histoire. En effet, si l’auteur joue sur le monde de l’invisible pour expliquer la réalisation ou la non-réalisation des souhaits, j’ai eu un peu de mal à m’imaginer les scènes de récupération de vœux par exemple. 

Pourtant, l’histoire est bien ficelée et elle est prenante, laissant ainsi la porte ouverte à un second tome. Il y a énormément de rebondissements, de surprises, d’inattendus. L’auteur à travers son histoire pose la question au-delà de l’handicap du bien et du mal. Difficile de ne pas spoiler l’histoire en évoquant cette idée-là. Tout ce que je peux vous dire, c’est que notre petit héros va être confronté à cette question que l’on se pose fréquemment à savoir ce qui est bien et ce qui est mal, qu’est-ce qui est pire de. La peste ou le choléra ? Toute cette partie-là se trouve à la fin du livre, et je trouve un peu dommage que l’auteur ne donne pas la réponse ou du moins une esquisse de réponse concernant la vision de son personnage. Le second tome apportera peut-être les réponses !

Vous l’aurez compris, je suis peut-être passé à côté de ce livre. Cependant je ne peux pas remettre en cause le talent de l’auteur. Je conseille ce roman aux jeunes lecteurs bien entendu cœur de cible, mais également aux personnes qui cherchent un peu de fantaisie, sans pour autant qu’il y ai besoin de se prendre beaucoup la tête. Je pense que c’est qu’un rendez-vous manqué avec Jacqueline West et que je me replongerait dans ce livre. Peut-être fait-il partie de ses aventures qui nécessitent plusieurs lectures pour comprendre toutes les finesses.

L’auteur :

Jacqueline West est une auteure américaine, connue notamment pour avoir écrit la série La Maison des secrets … mais pas que ! Elle est également chanteuse, comédienne et écrit des poèmes.

Le détail :

Pour faire vivre Van, Jacqueline West s’est inspirée d’enfants mal-entendants et sourds avec qui elle a pu partager des moments privilégiés. Ainsi, ils ont directement contribué à l’élaboration de la vision que le petit héros a sur le monde, ce qui explique cette magie qui opère lorsqu’on découvre son aventure.

La parenthèse :

Les voleurs de voeux (Milan) a reçu le prix d’honneur 2019 du Schneider Family Book Award et figure également parmi les finalistes du Minnesota Book Award.

Tandis que le premier prix créé en 2004 distingue les auteurs/illustrateurs qui mettent en scène des enfants/adolescents porteurs d’handicap, le second met à l’honneur des personnalités qui évoluent autour du livre originaires du Minnesota.

Magalie pour MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *