L’héritage de Richelieu (Philippe Auribeau)

Entre roman de cape et d’épée et fantasy ! 14/20

Le synopsis:

Alors que les dragons semblent ourdir un nouveau complot contre le trône de France, Mazarin décide de refomer les Lames du Cardinal pour tirer l’affaire au clair. Mené par le Comte de Clément Lefert, l’équipe devra se lancer sur la piste d’un trafic sans précédent de substances draconiques…

La critique :

A mi chemin entre la fantasy et le roman de cape et d’épée Philippe Auribeau reprend ici une trilogie de Pierre Pevel. Impossible pour moi de juger de la qualité de ce livre à la lumière de l’original, puisque je n’ai jamais eu le plaisir de lire l’oeuvre de Pevel mais je dois dire que cette histoire de Phillipe Auribeau, bien que divertissante et agréable à lire ne m’a pas marqué outre mesure.

L’histoire se déroule au XVIIe siècle, dix ans après la fin de l’histoire de Pierre Pevel,. Mazarin à succédé à Richelieu et impose son pouvoir. Ici s’arrête l’aspect uchronique de l’oeuvre puisque la fantasy va bien vite prendre le dessus. Dragons, dracs, magie et jusquiame entrant rapidement en scène. Mais revenons en a Mazarin. Celui-ci, sous la menace d’une nouvelle offensive des dragons contre le trône de France, décide donc de reformer les lames du Cardinal, autrement dit une équipe d’agent trié sur le volet qui agit pour le compte du cardinal.

C’est cette petite équipe, disons le tout de suite, qui fait tout le charme de cet épisode. Tous très différents, et donc indéniablement complémentaires, ils forment une équipe de choc soudée. Chaque personnages est finement sculptée, et possède des compétences et une personnalité propre. De fait, on s’attache sans mal à eux et à leur manière toute particulière de se sortir des pires situations.

Comme je le disais c’est clairement cette équipe qui va séduire le lecteur, l’intrigue étant finalement plutôt basique et sans surprise, si ce n’est les nombreux moments d’actions purs et durs qui occupent une place pour le moins conséquente dans le livre.

Pour le reste, le style de Philippe Auribeau est plutôt fluide, ce qui rend la lecture simple et agréable. Aussi, si vous êtes à la recherche d’un livre sans prise de tête, bourré d’action et se déroulant dans un cadre historique agrémenté d’une bonne dose de fantasy, alors vous pouvez-vous laisser tenter. Si, par contre, vous souhaitiez vous plongez dans une intrigue riche et complexe, passez votre chemin.

L’auteur :

Diplômé en commerce international et en anglais, Philippe Auribeau est auteur et traducteur dans le milieu du jeu de rôle depuis une dizaine d’années. Sa série L’héritage de Richelieu (Bragelonne) prend pour cadre Les Lames du Cardinal de Pierre Pevel.

Le détail :

Avant d’en faire une suite romanesque, Philippe Auribeau avait participé à l’adaptation de l’oeuvre de Pierre Pevel en jeu de rôle, publié en 2013 par les éditions Sans-Détour.

La parenthèse :

Pour goûter davantage à cet univers qui gagne certainement à être mieux connu, nul doute qu’il peut être intéressant de découvrir l’oeuvre originelle. L’héritage de Richelieu, même s’il ne m’a que moyennement convaincu m’a tout de même donné envie de découvrir l’oeuvre de Pierre Pevel, dont les critiques élogieuses ont titillé ma curiosité.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
 Page Facebook : Masscritics
 Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *