Loumyx T. 01 : le nouveau monde (Santi et Saponti)

Et si l’humanité avait une nouvelle planète ? 11.5/20

Le synopsis:

Suite à la destruction de la Terre, les humains ayant survécu ont élu domicile sur la planète Liff, qu’ils doivent partager avec d’étranges et pacifiques géants robotiques. Baptisés « Golems », ils extraient un minéral précieux, le Loumyx, qui fournit à la planète son énergie. Mais la cohabitation avec les humains finit par mal tourner…

La critique :

La postulat de base du scénario de Loumyx (la destruction de la planète Terre à cause de la bêtise humaine) place cette bande dessinée dans des horizons de sciences fictions, et d’anticipation et pourrait même verser dans le post-apocalyptique. Mais il n’en est rien concernant ce dernier point, finalement on se retrouve face à une approche rafraîchissante avec une planète adorable qu’est Liff, et en filigrane l’apparition d’émanations magiques qui ne sont pas sans rappeler la fantasy. Cet habile mélange des genres est à saluer et offre un résultat original et intéressant.

La présence des golems et l’extraction du fameux Loumyx aurait pu offrir des pistes de scenarii très intéressantes, mais malheureusement le scénario est globalement prévisible et mal mené. Les événements se suivent dans une logique qui pourrait être revue afin de ménager plus de suspens et de rythme. On s’attend à la plupart des rebondissement, et certains choix scénaristiques laissent perplexes, notamment le personnage de Mud, qui apparaît sur la couverture et dans les flashback des héros alors même qu’il semble évident au lecteur qu’il n’est pas apprécié de ces derniers.

Par ailleurs, les héros qui sont des enfants auraient pu être attachants mais les événements s’enchaînent trop vite pour que leurs caractères respectifs soient approfondis. Il en ressort qu’ils ont tous pratiquement les mêmes personnalités : impulsifs, courageux (ou inconscient, c’est selon), un peu rebelles… et donc assez clichés.

Autre problème, mais qui là relève probablement du travail de l’éditeur : il y a des erreurs dans les bulles, des fautes de frappes, des coquilles, des textes qui devraient être dits par un personnage et qui sont dits par d’autre (inversion de bulles de dialogues)… La qualité générale de l’ouvrage en pâti. Il convient en revanche de saluer le travail graphique effectué dans cet ouvrage : le monde de Liff est vraiment beau, la colorisation de qualité, et on voyage avec plaisir dans ce nouveau monde, apaisant et verdoyant.

Loumyx (Clair de lune) nous propose un premier tome frustrant : de très bonnes idées, une vision rafraîchissante de la « relocalisation humaine post-apocalyptique », et un nouveau monde à découvrir, magnifié par un dessin dynamique et coloré. Mais malheureusement, on ne peut fermer les yeux sur les faiblesses évidentes du scénario et les personnages qui ne sont ni attachants, ni charismatiques. 

L’auteur:

Loumyx est une œuvre à quatre mains : Lucas Saponti au dessin et à la couleurs est né en 1985 à Florence. C’est dès l’école primaire que naît sa volonté de travailler dans le monde de la bande dessinée. Ce fut également le cas pour Francesca Santi, scénariste, qui a trouvé sa vocation suite à un devoir de rédaction. Elle se fait appeler « Moleskina ».

Le détail: 

Les habitants de la planète Liff sont appelés « Golem » par les humains, ce qui renvoi  immanquablement aux golems de la mythologie juive. Il s’agit d’êtres humanoïdes créés artificiellement, souvent fait d’argile, et ayant pour but exclusif de défendre leur créateur. On peut donc penser que le nom donné à ces créatures dans Loumyx n’est peut être pas le fruit du hasard.

La parenthèse: 

Francesca Santi est scénariste sur d’autres ouvrages, que vous pouvez retrouvez sur son site internet : http:// www.spremutadinchiostro.it/fr/ en italien et en français. Quant à Lucas Saponti, il a également travaillé sur un one shot d’horreur sur un tueur en série aux États-Unis Highway to hell, ainsi que sur Pleine Lune, une série fantastique/romantique.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
  Page Facebook : Masscritics
 Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *