Ma reine (Jean-Baptiste Andréa)

Un petit miracle de grâce! 18/20

Le synopsis :

Été 1965. C’est en bordure de la vallée de l’Asse, sur ce haut plateau perdu de Haute-Provence, qu’ils se rencontrent. Lui, surnommé Shell, parti faire la guerre, avec son blouson rouge et jaune. Elle, Viviane, jeune parisienne en vacances. Viviane deviendra sa reine. Sa confidente, son amie, son alter ego. Lui qui n’a jamais eu d’amis, lui qui n’a jamais joué avec personne, il trouve en Viviane cet élan de liberté et de confiance pour colorer son monde. Seulement Shell, est un jeune garçon de douze ans, un peu différent, un peu décalé par rapport au monde qui l’entoure et Viviane, une petite fille perdue, meurtrie, rebelle.

Ils vont y vivre des jours incroyables. Au cœur de cette Provence magnifique, silencieuse et sauvage, sous un soleil écrasant, les deux adolescents vont nouer des liens singuliers…et dangereux.

La critique :

Ma reine  fut pour moi un moment de grâce, hors du temps et de l’espace que j’ai dévoré, aimé, adoré.

Une plongée dans une ambiance onirique, presque surnaturelle, qui décrit avec justesse et poésie les pensées de Shell, « l’idiot du village »: le regard qu’il porte sur lui, sans fard, vrai, pur, le rapport qu’il entretient avec les autres, naïf, confiant et le monde qui l’entoure, la station-service où il a grandi et où il s’y sent bien, le haut plateau où il fait l’apprentissage de l’amitié, de l’amour, du bonheur…quoique !

Il se donne, s’offre au monde sans compter jusqu’à risquer d’en perdre la vie. On peut parler même d’une espèce d’osmose entre le monde et l’enfant, magnifiquement rendue par les mots de Jean-Baptiste Andrea qui déroule son récit à la première personne, caméra embarquée dans le cerveau « différent » de Shell, nous faisant partager sa vision du monde sans filtre, ses angoisses, ses joies, ses émerveillements, ses chagrins. Le romancier dessine un être « pur », qui tente de survivre dans un monde qui n’est pas fait pour lui. Shell, en héros lunaire et doux-rêveur, est terriblement attachant.

C’est loin des hommes, là-bas, dans la nature, qu’il rencontre Viviane, une petite fille de son âge qui vit elle aussi dans un monde fantasque. Ensemble, ils s’inventent un monde à part, à eux. Leur capacité à rêver, à imaginer est un don merveilleux pour ces deux êtres perdus dans un monde incompris.

D’une écriture cinématographique, Jean-Baptiste Andrea plonge le lecteur dans une ambiance, dans un univers habité par des personnages décalés et attachants, pour qui sortir de l’enfance est un chemin difficile, voire impossible, des personnages qui trouvent refuge dans l’enchantement et les rêves. Mais on a tous besoin de cela, de conserver notre faculté d’émerveillement face à la nature et à ses bienfaits, à ses dangers aussi !

Une parenthèse enchanteresse et une véritable ode à la liberté et aux rêves. Un court roman sensible sur la différence. Un roman d’apprentissage, un conte initiatique, poétique et lumineux dont je ne peux que vous conseiller la lecture ! 

L’auteur :

Jean-Baptiste Andrea est né en 1971. Il est réalisateur et scénariste. Il a écrit et réalisé en 2003 : « Dead End » (coréalisé avec Fabrice Canepa), « Big Nothing » avec David Schwimmer et Simon Pegg en 2006 et « La Confrérie des larmes » , avec Jérémie Renier et Audrey Fleurot, en 2013.  

Ma reine (L’iconoclaste) est son premier roman.

Le détail :

Ma reine, c’est, pour Jean-Baptiste Andréa, la rencontre de deux éléments. D’abord les paysages de sa région, la Provence brossée à grands traits. Puis, le thème de l’enfance, qui lui est cher. Car chez trop d’adultes, l’enfant n’existe plus, ou est trop profondément enfoui et il faut conserver notre capacité d’enchantement…

La parenthèse :

Déjà en cours de traduction en Allemagne, en Italie, en Roumanie, en Grèce et en Pologne, préempté par Folio pour sa version en poche en France, ce premier roman a tous les ingrédients d’un best-seller. 

Il a déjà reçu les distinctions suivantes : Le prix du Premier Roman, le prix Femina des lycéens ainsi que le prix Terres de France.

Murielle Trouve – MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Une pensée sur “Ma reine (Jean-Baptiste Andréa)

  • 16 avril 2019 à 9:42
    Permalink

    Je ne l’ai pas encore lu, il est dans ma PAL

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *