Magdala Alchemist Path (Isuna Hasekura)

Un trio central accrocheur! 15/20

Le synopsis :

Kusla est un alchimiste arrêté pour avoir dérobé les restes d’un saint et avoir essayé de les brûler pour une expérience. Pour éviter sa sentence, il fait un marché avec les autorités, et va travailler pour les Chevaliers de Claudius avec son rival, Weyland. Dans leur nouveau laboratoire, Kusla et Weyland rencontrent Ui Fenesis, une jeune nonne envoyée par les Chevaliers de Claudius pour les surveiller. Tout en analysant les notes laissées par l’alchimiste Thomas Plunkett, Kusla découvre des indices sur l’emplacement de Magdala, la terre promise des alchimistes.

La critique :

La grande force de Magdala Alchemist Path est son trio central : Kusla, un alchimiste rompu à la manipulation psychologique autant qu’à la chimie ; Weyland, son rival, forgeron expert et Dom Juan à ses heures ; Ui Fenesis, jeune nonne naïve mais dévote, bien décidée à empêcher les deux alchimistes de pécher, l’alchimie étant considérée comme hérétique par les autorités (du moins quand elle ne sert pas l’effort de guerre).

La relation entre les trois personnages est tendue dès le départ. Kusla n’apprécie pas Weyland, et Ui Fenesis voit au début les deux autres comme des âmes perdues et des païens. Grâce à Weyland, cependant, Kusla se rapproche d’Ui Fenesis. En effet, Weyland fait exprès de se montrer brutal envers la nonne, pour que Kusla puisse paraître bienveillant. Cette amitié artificielle évolue vite; Ui Fenesis montrant un certain intérêt pour l’alchimie, mais surtout pour Kusla.

C’est cette tendance des alchimistes de plutôt user de psychologie que d’alchimie pour arriver à leurs fins qui fait tout l’intérêt du manga. L‘alchimie n’apparaît jamais comme une « solution facile » aux problèmes rencontrés par les personnages. Magdala Alchemist Path se démarque ainsi de beaucoup d’autres séries dans sa représentation de l’alchimie. Plutôt que d’être une pratique magique, l’alchimie est ici, tout simplement, la chimie. A ce titre, elle est est surtout utilisée en métallurgie. Ainsi une des missions principales de Kusla et Weyland est d’étudier les notes de Thomas Plunkett, leur prédécesseur, pour découvrir ses techniques, qui produisaient des métaux d’une pureté exceptionnelle.

Malgré cette vision réaliste de l’alchimie, inhabituelle dans un manga, les alchimistes d’Isuna Hasekura sont quand même la cible des autorités. Celles-ci voient leurs expériences comme contre-nature, et hérétique. Kusla s’explique cette persécution en prenant son propre cas en exemple. Selon lui, tous les alchimistes sont « détraqués ». Ils ne peuvent pas s’empêcher de continuer leurs expériences, quitte à s’autodétruire, et donc à mettre d’autres en danger, pour atteindre le pays de Magdala, terre promise quasi-métaphorique des alchimistes.

Enfin, et comme souvent chez Isuna Hasekura, le contexte politique tient une place de choix dans l’intrigue. Ainsi, le monde de Magdala Alchemist Path est dominé par trois factions : l’Église, les Chevaliers de Claudius, et la Société (de commerce et d’industrie), dont l’opposition perpétuelle assure l’équilibre du pays. Ce sont les Chevaliers de Claudius qui dominent véritablement, ayant acquis de l’influence en menant l’effort de guerre, et c’est justement pour cela qu’ils recrutent Kusla et Weyland, qui doivent leur fournir un fer de qualité. On voit donc que, comme souvent chez Isuna Hasekura, le contexte politique du monde a une influence considérable sur l’intrigue dans laquelle sont impliqués les personnages.

L’auteur :

Isuna Hasekura est un auteur de light novels et manga japonais. Elle aborde souvent le thème du commerce et de l’économie dans ses intrigues. Ainsi, ses trois premières séries, Spice and Wolf, Billionaire Girl et World End Economica, ont toutes pour protagonistes des marchands ou des traders.

Arisaka Ako est une dessinatrice et illustratrice, qui a notamment travaillé sur les romans Guilty Black & Red et Yume Nikki.

Le détail :

Comme toutes les autres séries d’Isuna Hasekura, Magdala Alchemist Path aborde des thèmes économiques et politiques. L’alchimie est ici, a contrario de l’alchimie de Full Metal Alchemist, par exemple, tout à fait réaliste. C’est une science, surtout utilisée en métallurgie. La magie n’a donc qu’une place réduite dans l’univers, du moins en ce qui concerne le premier volume. À ce titre, Magdala se rapproche beaucoup de Spice and Wolf, également d’Isuna Hasekura. Dans cette série le commerce était au premier plan. Le fait qu’un des deux personnages principaux était une déesse n’avait que peu d’importance au niveau de l’intrigue.

La parenthèse :

Bien que Magdala Alchemist Path (Ototo) s’intéresse plus à la chimie qu’à l’alchimie proprement dite, la pratique est considérée comme occulte et contre-nature par la plupart des personnages. Les lecteurs appréciant cet aspect de l’alchimie aimeront aussi Full Metal Alchemist (manga et anime) et Baccano! (light novels et anime). Pour les lecteurs plus intéressés par l’aspect politique et économique de l’intrigue, nous leur conseillons les autres séries d’Isuna Hasekura. En particulier Spice and Wolf, qui mêle surnaturel et commerce.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *