Magnus – Les peuples invisibles

Mission de survie ! 18/20

Le résumé :

Magnus – Les peuples invisibles (Dadoclem) : Magnus vient de retrouver sa mère qui appartenait en réalité aux peuples des invisibles. Mais il n’est pas au bout de ses surprises… Alors qu’il a passé l’été tout entier à voyager à travers les livres, son père lui annonce une terrible nouvelle. Il a vendu l’auberge et ils déménagent le lendemain à Oslo. Le jeune garçon en est tout retourné mais il ne peut pas expliquer à son père les raisons de sa contrariété. Son arrivé dans cette grande ville ne lui donne aucune satisfaction. Il a l’impression d’étouffer. Pour couronner le tout, il est bien loin de s’intégrer aux élèves de sa classe. Bien au contraire, il devient le bouc-émissaire de trois d’entre eux.

Mais rapidement, d’autres problèmes viennent assombrir un peu plus le tableau. Les peuples des invisibles sont en danger. Heureusement, il fait la connaissance d’Edda, une jeune passeuse très énigmatique. Pourront-ils sauver l’ensemble de leurs amis ?

La critique :

Ce dernier tome nous réserve bien des surprises ! Le jeune Magnus est une nouvelle fois bloqué dans une impasse. Comme dans les précédents tomes, il va devoir se débrouiller seul (enfin presque) pour éviter le pire. Dès le départ, rien ne va. Un déménagement imprévu, une ville qui est complètement différente de celle qu’il a toujours connu, une intégration qui ne se fait pas,… Et des livres qui ne lui permettent pas de voyager !

Une fois de plus, l’auteur met en avant les nombreux travers des hommes et notamment l’appât du gain. Il est aussi question de la surconsommation et du 7ème continent. Des sujets au cœur de l’actualité qu’il est bon de rappeler pour que les jeunes générations en prennent conscience puisque ce livre s’adresse plus particulièrement à eux.

Laurent Peyronnet nous montre aussi la bêtise humaine avec le petit groupe de harceleurs qui ne vivent que pour pourrir la vie d’autrui. Le jeune Magnus, n’a d’ailleurs pas d’autre choix que de se faire tout petit face à ses trois camarades de classe et face au mutisme des autres élèves. Un problème malheureusement bien réel…

Du côté des aventures vécues par le jeune passeur, vous ne serez pas déçus. Il découvrira qu’il bénéficie de pouvoirs jusqu’alors insoupçonnés qui lui permettront d’accomplir les différentes missions qui lui seront attribuées.

Ce qui m’a vraiment plu c’est qu’enfin, tous les éléments s’emboîtent et composent une seule et même histoire. Les voyages des volumes précédents sont omniprésents dans ce roman et nous en comprenons enfin l’utilité.

Nous découvrons finalement que l’auteur veut nous sensibiliser et nous renvoyer à nos propres responsabilités sans réellement nous sermonner. Il relate simplement les faits qui sont plus que probant : il nous faut de l’air et de l’air non pollué pour vivre ! Arrêterons-nous le massacre ?

L’auteur :

Laurent Peyronnet est guide touristique. Il est spécialiste de la Norvège et de la Laponie. Il s’est rapidement passionné pour les légendes Norvégiennes et s’amuse à les relater à travers des romans, des contes et des nouvelles.

Le détail :

Comme dans les deux précédents tomes, un glossaire nous est mis à disposition. Et même si les légendes restent fortement présentes, l’auteur fait un point sur bon nombre de réalité :

L’île des déchets ou encore le 7ème continent

La pollution présente dans le fond des mers du Nord et Baltiques causées notamment par trois milliards de tonnes de bombes chimiques (coulées lors des deux dernières guerres mondiales) mais aussi par les porte-conteneurs qui sillonnent ces mers (plus de soixante mille par jour…)

La parenthèse :

Les illustrations des différents tomes de la saga ont été réalisées par Godo. Il a toujours aimé dessiner des mondes fantastiques peuplés de lutins, de trolls et de dragons. Il réalise des jeux vidéo de fantasy et a également commencé l’écriture et l’illustration d’une série de contes. Affaire à suivre…

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *