Mei’s Butler (Riko Miyagi)

Mei’s Butler est un shôjo prépublié dans le magazine Margaret.
Cette série, dorénavant terminée, comporte 20 tomes.  15/20

Résumé :

Et si vous étiez l’héritière d’une riche famille sans le savoir ?

Mei Shinonome est une collégienne comme les autres. Vivant dans un petit village de campagne où elle grandit entourée de ses amis d’enfances ainsi que de parents aimants. Née dans une famille de classe sociale moyenne, voir pauvre, Mei mène une vie banale. Cependant le décès de son père et de sa mère va bouleverser l’existence, jusque la, paisible de la jeune fille.
En effet elle découvre, suite à cette tragédie, qu’elle se nomme en réalité Mei Hongo. Et qu’elle est l’unique héritière de l’une des familles les plus riches et influentes du Japon.
Un monde nouveau s’ouvre alors à Mei qui aura néanmoins du mal à s’adapter aux mœurs de cette société qui lui était, il y a peu, inconnue.
Accompagnée de son dévoué majordome, Rihito Shibata, l’enthousiaste collégienne va tout faire afin de devenir une parfaite jeune fille de bonne famille.
Pour se faire, l’héritière partira étudier dans la célèbre école ultra sécurisée de Sainte Lucia. Là-bas ne sont acceptées que les jeunes filles issues des plus importantes familles.
La naïve collégienne y fera la rencontre de personnes aussi incroyables que dangereuses et devra surmonter les intrigues qui se passe dans cette institution pour filles.
De plus l’amour interdit que porte Mei à son majordome, Rihito ne fait que compliquer les choses…
  

La critique:

Mei’s Butler, en français : Les majordomes de Mei. Le titre parle pour lui-même, en nous donnant un avant goût du thème de ce manga ! En effet que serait un shôjo (type de manga ciblant, habituellement, les jeunes adolescentes) sans majordomes, jeune fille de bonne famille, beaux gosses, histoire de cœur ou encore amitié exceptionnel ? Et bien ce n’en serait plus vraiment un… Heureusement pour nous ce n’est pas le cas ici !
Mei’s Butler est assurément un bon shôjo; Les dessins sont plutôt bien réalisés malgré quelques petites disproportions au niveau des mains (pardonnez mon côté critique) et le scénario est bien mené et organisé, ce qui permet au lecteur de ne pas décrocher ni s’ennuyer. L‘ambiance  »bon enfant » de ce manga est d’ailleurs quelque fois assombrie par des événements tragiques ou bouleversants qui touchent directement certains personnages de la série.
 
L’héroïne, Mei, est, par ailleurs, très attachante de part sa naïveté et sa personnalité, tout comme ses camarades de Sainte Lucia. De plus, on peux facilement se reconnaître dans chaque personnage de Mei’s Butler , grâce à leur multiples traits de caractère tous aussi différents les uns que les autres. Cela nous permet de nous évader un peu plus dans le monde crée par Riko Miyagi. 
 
Cependant je tiens à signaler que Mei’s Butler, reste un manga pour jeunes adolescentes. En effet, certains passages pourraient choquer les plus jeunes (- 10 ans). Bien évidemment cela dépend de la maturité du lecteur. Ce manga a été l’un des premiers que j’ai lu ainsi que le premier qui m’ai donné le goût de ce monde littéraire à part. Je le recommande vivement à toutes les jeunes filles un peu sentimentale qui aiment les histoires de majordomes, de romance ainsi que d’amitié.
 
Les mots qui permettraient de définir ce manga ?
Émouvant, amusant, distrayant et surtout étonnement morale.
 
Je vous laisses donc découvrir Mei’s Butler de Riko Miyagi édité chez Glenat, disponible dans toutes les librairies du tome 1 à 20 (série terminé) !
 
Masscritics
L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
  Page Facebook : Masscritics
 Page Instagram : Masscritics

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *