Miraï Nikki (Sakae Esuno)

Un shonen psychologique alliant surnaturel et action! 16/20

Le synopsis:

Yukiteru n’est pas un adolescent comme les autres. Il préfère s’isoler et consigner les différents moments de sa journée dans son téléphone portable. Il s’invente des amis imaginaires pour se sentir moins seul et semble très attaché à Deus Ex Machina, le dieu du Temps et de l’Espace. Ce dernier, lui propose de jouer à un jeu très spécial. Le lendemain matin, Yukiteru remarque que des évènements qui ne sont pas encore arrivés sont inscrits dans son journal… mais surtout, il va devoir échapper au terrible serial killer qui rôde dans les environs.

La critique:

L’histoire s’ouvre sur la vie ordinaire d’un garçon qui ne parvient pas à s’intégrer auprès de ses camarades. Il passe ses journées à observer ce qui se passe devant ses yeux et à noter les faits marquants de sa journée dans son portable, qui fait alors office de journal électronique. C’est donc un manga qui touche tout particulièrement les adolescents à cette période difficile de la vie, durant laquelle il n’est pas facile pour certains de trouver leur place. Le lecteur peut ainsi facilement se laisser imprégner de l’atmosphère de Miraï Nikki.

Mais l’ordinaire laisse vite place à l’impossible et on ne tarde pas à aller de rebondissements en rebondissements. On peut noter la référence à Deus Ex Machina, qui au-delà d’être le dieu du temps et de l’espace dans le manga, est traditionnellement l’inattendue intervention divine selon les conventions théâtrales de la Grèce Antique. Le manga prend alors des allures de pièces de théâtre où le personnage principal, Yukiteru, se retrouve l’acteur de sa propre vie, et non plus simple spectateur de sa destinée.

Il s’agit d’un jeu de survie où les morts sont bien réelles et durant lequel la course contre la montre peut être fatale. Il s’installe alors une ambiance angoissante où les mystères s’épaississent et les personnages se multiplient. Le lectorat est amené à se poser plusieurs questions: à qui peut-on réellement faire confiance ? Les alliances d’aujourd’hui seront-elles celles de demain ? En tous les cas, l’avenir qui s’écrit n’est peut-être pas celui qui s’apprête à se réaliser…

On ne peut que se laisser embarquer dans cet univers fantastique qui se révèle très original. En effet, ce shōnen psychologique alliant surnaturel et action est un manga à ne pas manquer !

L’auteur:

Sakae Esuno, est un mangaka japonais devenu célèbre grâce à la série Mïrai Nikki (Casterman). Il commence à réaliser des mangas alors qu’il n’est encore qu’un étudiant et les soumets à diverses maisons d’éditions. Sa première série Hanako et autres Légendes Urbaines est publiée en 2004 au Japon. La dernière œuvre de l’auteur s’intitule Big Order et sera bientôt adapté à la télévision.

Le détail:

Sakae Esuno est tout particulièrement attaché aux expressions faciales de ses personnages. Pour lui, c’est un moyen de rendre compte de leurs peurs et de leurs sentiments et de les communiquer au lecteur. Un processus d’identification qui donne la sensation au lecteur d’être d’autant plus concerné par l’histoire.

La parenthèse:

Miraï Nikki est très souvent comparé à un autre manga qui s’inspire du survival game que Sakae Esuno n’a pourtant jamais lu. Il s’agit de Battle Royale issu d’un roman éponyme de Koushun Takami. Si vous cherchez un équivalent à cette histoire de Sakae Esuno, Battle Royale se trouve être un très bon choix. Mais attention tout de même, le style est largement plus violent et moins innocent!

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *