Mr Gwyn (Alessandro Baricco)

Une histoire insolite et émouvante! 17/20

Synopsis

Jasper Gwyn, un célèbre écrivain, décide d’arrêter son métier du jour au lendemain, car il se rend compte que le succès entrave sa créativité («La seule chose qui nous fait sentir vivants est aussi ce qui, lentement, nous tue. Les enfants pour les parents, le succès pour les artistes, les sommets trop élevés pour les alpinistes. » Mr Gwyn). Jasper Gwyn envisage alors de changer de vie et de devenir copiste, sans vraiment savoir ce que cela signifie. Sur les conseils d’une vieille dame rencontrée au dispensaire, et parce que l’acte d’écrire lui manque, Jasper Gwyn se lance alors dans l’écriture de portraits, mais qui n’implique pas une simple et banale description.

La critique

Jasper Gwyn entreprend donc de « copier les gens », un métier complètement inédit et difficilement réalisable. Et c’est là que réside une des questions principales du roman : comment écris-t-on un portrait si ce n’est pas de la pure description ?
Ce qui est intéressant c’est que la méthode pour écrire les portraits reste un mystère jusqu’aux dernières pages du livre. Paradoxalement, les scènes où Jasper Gwyn observe ses modèles sont très détaillées. Mais loin d’aider le lecteur à comprendre sa technique, cela ne fait que l’embrouiller. Et c’est bien ce que fait Jasper Gwyn tout au long de l’histoire: il nous embobine ainsi que les autres personnages, jusqu’à ce que l’on découvre son secret. Dévoilée au même moment que la méthode pour écrire des portraits, cette révélation m’a même parue plus importante.

Jasper Gwyn apparaît comme un stéréotype de l’artiste maudit, qui ne vit que pour la création. Il contemple longuement des personnes qu’il ne connaît pas, mais dont il veut déceler la vérité pour réaliser un portrait intimiste, fondé uniquement sur l’observation de ces gens. Par ailleurs, Jasper Gwyn est un personnage très solitaire et quelque peu mélancolique, ce qui accentue encore cette image d’artiste maudit.
Cet anti-héros, dont on a du mal à saisir les intentions, est un personnage insaisissable malgré son omniprésence dans le roman. Excepté à la fin où il disparaît brutalement, mais vivant encore à travers Rebecca, son assistante.

C’est d’ailleurs elle qui sera la seule à connaître le secret de Jasper Gwyn, et nous fera sortir du brouillard. Chargée de recruter les modèles, elle est aussi, en quelque sorte, le lien entre le monde fantaisiste de l’écrivain et la réalité.
Un autre personnage représente l’aspect « rationnel » du roman, Tom, ex-agent et ami de Jasper Gwyn. Il ne comprend plus son ami mais ne le laisse pas tomber pour autant. Ce livre, c’est aussi une histoire d’amitié entre ces deux hommes que tout oppose, et qui m’a particulièrement touchée.

Mr Gwyn raconte ce qu’est le métier d’écrivain et l’art de l’écriture, grâce à une histoire insolite et émouvante, ponctuée par la présence de personnages attachants : le vieux fabricant d’ampoules de Camden Town, ou encore, la vieille dame qui donne des conseils à Jasper Gwyn. Et lorsque l’on nous révèle son secret, qui justifie tout le roman, cela nous laisse songeur face à cet incroyable tour de passe-passe de Jasper Gwyn, auquel n’importe quel lecteur se fera prendre.

L’auteur

Alessandro Baricco, né à Turin en 1958, est écrivain, musicologue, auteur et interprète de textes pour le théâtre. Il rencontre le succès avec son premier roman Châteaux de la colère, puisqu’il remporte le prix Médicis étranger en 1995. Egalement enseignant à la Scuola Holden (école sur les techniques de la narration qu’il a créée en 1994), il contribue au quotidien La Repubblica. En 2011,  il publie Mr Gwyn, son dixième roman.

Le détail

Le roman se compose de chapitres très courts. Cela facilite la lecture et donne un rythme assez soutenu à l’histoire. Paradoxalement, le personnage de Mr Gwyn vit dans une certaine lenteur contemplative, que l’on remarque notamment lorsqu’il écrit ses portraits. En effet, il observe ses modèles pendant exactement trente-deux jours, dans son atelier où le temps semble s’être arrêté.

La parenthèse

Dans ce roman est cité le livre Trois fois dès l’aube. S’il est objet de fiction dans Mr Gwyn, ce roman existe réellement et il est écrit par Alessandro Baricco lui-même. Un clin d’œil étonnant de la part de l’auteur, qui semble donc s’intégrer à l’histoire de Jasper Gwyn. De plus, Trois fois dès l’aube est paru en février 2015, alors que Mr Gwyn date de mai 2014. Ce titre apparaît ainsi comme une genèse d’un prochain roman, que l’on découvre de façon subtile dans Mr Gwyn.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *