No Trace (Pierre-Jean Verhoye)

Un thriller à la croisée des genres.15/20

Le synopsis:

Raja Connor vient à peine d’apprendre l’assassinat de son compagnon Alberto à Londres qu’elle assiste impuissante à la mort d’une voisine. Elle part pour l’Angleterre accompagnée de sa fille ainsi que de Goran, policier aussi efficace que peu loquace afin d’identifier le corps d’Alberto. Mais, si certains semblent vouloir les en empêcher, d’autres personnes sont prêtes à tout pour les aider. La course-poursuite démarre pour découvrir le passé d’Alberto et le but de ses recherches.

La critique :

Ce qui semble au départ n’être qu’un thriller mâtiné d’espionnage scientifique devient rapidement bien plus que cela. Pierre-Jean Verhoye n’hésite pas à mélanger les genres et à développer d’autres thématiques associant nouvelles technologies et sciences plus ou moins occultes. Le risque étant de doser correctement chaque ingrédient afin de ne pas dénaturer complètement la base du roman. Et ça, l’auteur le fait parfaitement.

Après un démarrage sur les chapeaux de roues où l’on retrouve tous les éléments nécessaires à un bon thriller (meurtre, policier taciturne, course-poursuite ainsi qu’une menace constante mais toujours trouble), le ton du livre change à tel point que l’on pourrait croire au début d’un autre livre. Des personnages à peine survolés dans le premier acte deviennent les pièces maîtresses de l’histoire et inversement. La construction de l’intrigue n’en prend que plus d’ampleur, l’auteur nous distillant les informations au compte-goutte, au fil de chapitres se concentrant à chaque fois sur un personnage différent. Si ces chapitres peuvent sembler longs, leur découpage permet à l’auteur de garder un rythme sans réel temps mort tout en octroyant des instants de répit à ces héros.

La richesse offerte par Pierre-Jean Verhoye à ces personnages est telle que, même lors de ces moments moins intenses, il m’a été impossible de poser ce livre, accroché à eux jusque dans leurs actes les plus simples. C’est aussi là que réside tout le talent de l’écrivain. Il arrive à nous garder sous tension à chaque instant, qu’il s’agisse d’une scène d’action ou juste d’une ballade sur la plage. Aussi, chaque acte des protagonistes nous montre l’importance qu’ils ont aux yeux de l’auteur. Rarement dans ma vie de lecteur, j’ai pu ressentir un attachement aussi profond d’un écrivain pour ses personnages.

L’un après l’autre, ils nous sont présentés autant par ce qu’ils sont que par ce qu’ils ont été. L’interaction présent/passé se révèle ainsi d’une importance capitale dans la façon dont ils évoluent selon les situations rencontrées. Bien au-delà de l’enquête menée par les différents protagonistes, il me semble que ce soit eux qui importent réellement aux yeux de l’auteur. C’est d’ailleurs ce qui fait de ce livre un grand roman rempli de rebondissements et pas juste simplement un thriller scientifique.

Par ailleurs, l’écriture fluide et sans fioriture de Pierre-Jean Verhoye lui permet de nous livrer des passages d’explications scientifiques sans jamais qu’ils soient rébarbatifs. Mieux que cela, ils sont réellement intégrés dans le récit et ne semble jamais n’être qu’un prétexte à l’intrigue principale.

Le détail :

No Trace (Les nouveaux auteurs) est le premier tome d’une trilogie. Néanmoins, certains des personnages que nous y rencontrons ont déjà un passé dans la bibliographie de l’auteur. Ainsi, Azul, Elizabeth et Théau apparaissent dans le roman On Aurait Pu Se Croiser.  L’auteur y narre la rencontre arrangée des 2 premiers ainsi que le voyage initiatique à pieds du dernier après une crise d’épilepsie.

L’auteur :

Né en 1964, Pierre-Jean Verhoye « écrit depuis toujours ». En 2005, il reçoit le prix du 1er roman par Manuscrit et Metro pour Débloque. Après avoir travaillé durant 12 ans en tant qu’éditeur de sites internet, il reprend l’écriture. Il publie ainsi No Trace en 2018, 1er tome d’une trilogie annoncée, qui obtient le Grand Prix Femme Actuelle 2018.

La parenthèse :

Le thriller, à l’instar du fantastique est un genre littéraire ouvert qui permet toutes les audaces ou presque. Ses auteurs n’hésitent donc pas à mêler les genres au sein d’un seul et même roman. Que ce soit par l’ajout du fantastique (chez Cédric Sire), de l’ésotérisme (chez Dan Brown ou Henri Loevenbruck), de la science (chez Michael Crichton ou Franck Thilliez) ou d’autres éléments encore, le thriller est en constante évolution. Pierre-Jean Verhoye l’a bien compris et nous offre ici un formidable crossover entre polar, thriller scientifique et fantastique.

Sébastien L. de MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
 Page Facebook : Masscritics
 Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *