Nobles paysans (Hiromu Arakawa)

Un recueil d’anecdotes qui met en valeur avec humour le monde paysan! 15/20

Le synopsis:

Hiromu Arakawa, un nom désormais célèbre qui résonne dans la tête de tous les fans de mangas. Fille de paysans, elle revient sur sa jeunesse passée à aider ses parents dans la ferme familiale, située dans la région d’Hokkaidō, dans le nord du Japon.

La critique:

Nous avons ici affaire à un manga autobiographique dans lequel Hiromu Arakawa aborde son parcours avec beaucoup d’humour tout en se mettant en scène sous les traits d’une vache. On peut comprendre ce geste comme une métaphore qui laisse entendre qu’elle était et restera toujours cette petite paysanne, peu importe ce que l’avenir lui réserve et qu’elle n’est pas prête d’oublier ses racines. Une sorte d’hommage burlesque sur une certaine période de sa vie.

C’est avec une simplicité déconcertante et une bonne dose d’autodérision qu’elle se livre en partageant ses souvenirs. Décomplexée, elle ose même la comparaison caricaturale entre l’exigence de son éditeur actuel et des consommateurs de lait lorsqu’elle travaillait encore dans l’exploitation de sa famille.

Les tons vifs choisis pour la première de couverture et la représentation particulière du personnage laissent tout de suite à penser que la mangaka nous réserve encore une fois un récit haut en couleurs. Mais il ne faut pas s’attendre à une structure bien définie : l’histoire que nous raconte Arakawa ressemble plutôt à un petit recueil d’anecdotes. En effet, il n’y a pas vraiment de trame mais cela n’empêche pas d’apprécier un bon moment de lecture. Elle réussit donc le pari de mettre en valeur le monde paysan à travers un dessin complètement rocambolesque !

L’auteur:

Hiromu Arakawa est une mangaka reconnue à travers le monde. Née en 1978 sur l’île d’Hokkaidō, elle est élevée dans la ferme familiale qui se consacre à la production de lait. Après ses études, c’est tout naturellement qu’elle s’occupe des vaches et cultive les champs. Par la suite, elle fait ses débuts dans le milieu du manga aux côtés d’Eito Hiroyuki mais devient célèbre lorsqu’elle signe de sa propre plume la série Fullmetal Alchemist. Nobles paysans est ainsi une façon de prendre du recul par rapport à sa notoriété et une belle manière de rendre hommage à ses origines.

Le détail:

L’auteure s’est aussi servie de son expérience pour planter le décor d’un autre de ses mangas intitulé Silver Spoon, mais dans une ambiance toute différente. Le récit se déroule dans un lycée agricole de la région d’Hokkaidō, à l’image de son propre parcours.

La parenthèse:

Hiromu Arakawa, fidèle à elle-même, ne s’est pas contentée de faire de Nobles Paysans un simple one shot. En effet, c’est une série qui comporte actuellement cinq volumes (chez Kurokawa). On ne peut que vous conseiller d’acheter la collection complète ! Ça vaut le détour !

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Une pensée sur “Nobles paysans (Hiromu Arakawa)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *