Oliver Page et Les tueurs de temps (Desberg et Griffo)

Un pitch accrocheur mais une histoire un peu vite expédiée. 14/20

Le synopsis :

En l’an 2544, Wynn, parcourt une Terre dévastée à la poursuite des derniers ennemis de la civilisation : une race de parasites prenant le contrôle des humains.

1874. Oliver Page, en mission dans le désert de Perse, découvre la tombe d’un roi inconnu et s’empare de son mystérieux trésor : des anneaux, réveillant bien malgré lui une antique force enfouie…

La critique :

« Une malédiction du passé, un fléau du futur. » Si l’accroche augurait de belles perspectives scénaristiques malheureusement mon enthousiasme s’est quelque peu refroidie à mesure que j’avançai dans ma lecture. En effet, le scénario reste somme toute classique malgré un mélange de références dont on aurait pu attendre un résultat plus impressionnant.

L’histoire est menée tambour battant. Les personnages sont tout justes esquissés et les dialogues réduits au minimum. Le tout reste cependant efficace et produit une histoire haletante qui se lit sans mal, grandement aidé en cela par le dessin accrocheur de Griffo qui nous livre de beaux décors. On reste néanmoins sur une impression de trop peu, un sentiment que tout s’enchaîne beaucoup trop rapidement. Ainsi, l’auteur s’autorise de nombreux raccourcis mais aussi quelques facilités qui ont certes le mérite d’offrir un rythme soutenu mais qui ne manqueront certainement pas d’interpeller certains lecteurs.

Desberg et Griffo nous proposent ici un mélange de science-fiction, de fantastique et de voyage dans le temps qui devrait toutefois séduire un lectorat pas trop pointilleux sur les détails et à la recherche d’un divertissement pour passer le temps. Pour ma part, si la lecture n’en a pas été désagréable on ne peut pas dire qu’elle me laissera un souvenir impérissable.

L’auteur :

Scénariste de bande dessinée belge, Stephen Desberg débute avec de courtes histoires pour le journal Tintin. C’est en 1978, qu’il entame une carrière de scénariste professionnel. Il travaillera ensuite pour Spirou, assurant la continuité des aventures de Tif et Tondu. Il créée ensuite les personnages de 421, Billy The Cat, Mic Mac Adam et Jimmy Tousseul. Suivront bien d’autre BD dans des genres variés.

Dessinateur belge de bande dessinée, Griffo, de son vrai nom Werner Goelen a étudié à l’Académie des Beaux Arts d’Anvers. En 1975, il commence a travaillé pour les éditions Le lombard sur la série Modeste et Pompon puis se reconvertit dans la publicité un an plus tard. Il reviendra à la BD en 1982 avec Bob Wilson, puis travaillera sur la mise en images de SOS Bonheur. Suivront d’autres albums comme Giaccomo C., M. Noir ou plus récemment le dyptique Dickens & Dickens ou encore la série Ellis .

Le détail :

Cet album est le premier tome du dytique Oliver Page et les Tueurs de temps paru aux éditions Glénat en janvier 2020. Le second volume a été publié dans la foulée puisqu’il est disponible depuis le 5 février 2020.

La parenthèse :

Nous avions déjà eu l’occasion de découvrir le travail de Stephen Desberg avec Le Rédempteur et Le Scorpion. N’hésitez pas à consulter nos chroniques !

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *