Say I love you #1 (Kanae Hazuki)

Une intrigue assez banale pour une histoire d’amour pleine de clichés.  7/20

Le synopsis:

Mei Tashibana est une jeune lycéenne qui n’a pas d’ami. Elle est toujours seule au point que ses camarades de classe disent qu’ils n’ont jamais entendu le son de sa voix. Un jour, elle se trouve à discuter avec Yamato Kurosawa, le plus beau et populaire des garçons du lycée. Il décrète qu’elle l’intéresse et n’a de cesse que de se rapprocher d’elle, jusqu’à l’embrasser et s’auto-proclamer son petit-ami.

La critique: 

Si l’on fait abstraction du dessin assez peu original et des personnages qui se ressemblent sensiblement tous (excepté les cheveux qui permettent de les différencier), les planches sont assez peu fournis. Tout au long du manga on retrouve les mêmes scènes, avec les mêmes personnages, qui ont les mêmes expressions. Il n’y a presque aucun décors, et les vignettes sont souvent focalisées sur les visages pas toujours très expressifs.

L’intrigue quant à elle est assez banale : une jeune fille marginale qui sort avec le play boy du lycée. Elle se fait progressivement une place parmi ceux qui la martyrisait peu de temps auparavant. Tous les clichés du genre sont réunis pour transcrire un des téléfilms pour adolescents dont le scénario est à peine modifié d’une semaine sur l’autre.

Mei ne fait pas la fine bouche longtemps et s’avère rapidement à l’aise dans son nouveau rôle de fille populaire ou presque. Quelques monologues intérieurs font comprendre au lecteur qu’elle n’est pas aussi à l’aise qu’elle en a l’air, cependant le traitement en reste superficiel.

En bref, Say I love you reste un manga léger, principalement destiné à un public de jeunes filles,  friandes d’histoires d’amour plutôt clichées.  

L’auteur: 

Kanae Hazuki publie là sa première série chez KC Dessert. Son éditeur lui fait assez confiance pour la publier ensuite en volume relié, et c’est avec raison : la série a beaucoup de succès, tant au Japon qu’en France depuis sa sortie chez Pika Edition.

Le détail:

Le cliché du couple mal assorti fonctionne ici très bien. Tant sur le plan physique que mental. D’apparence, les deux tourtereaux ne sont pas du tout fait pour être ensemble. Mais bien entendu, il ne faut jamais se fier aux apparences. Si l’on gratte un peu la surface, ils s’avèrent avoir plus de profondeur que prévu. Si tout est mis en place pour que le lecteur retrouve très exactement son horizon d’attente, il est tout de même dommage de ne pas apporter une petite touche d’originalité en sortant un peu des sentiers battus.

La parenthèse: 

Say I love you est une série pour jeune fille qui s’assume en tant que telle. Elle a eu assez de succès pour être adapté en anime par le studio Zexcs, ainsi qu’en film dont la BO est signé des One Direction.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
 Page Facebook : Masscritics
 Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *