Sherlock Holmes et le complot de Mayerling (Nicole Boeglin)

«Le détective et l’impératrice» 12/20

Le synopsis :

Sherlock Holmes et le complot de Mayerling (City éditions) : Lorsqu’une dame de compagnie de l’impératrice Sissi vient demander son aide à Sherlock Holmes, ce dernier comprend vite qu’une affaire des plus complexes l’attend. Le fils de l’impératrice a été retrouvé mort  auprès d’une jeune femme. L’enquête officielle a vite conclu au suicide mais tout cela semble trop évident pour l’enquêteur de Baker Street et son fidèle Watson qui vont devoir trouver ce qui se cache derrière ces 2 morts, ces preuves trop évidentes qui s’accumulent et pourquoi Moriarty, l’ennemi de toujours, vient les narguer.

La critique :

Personnage ô combien fascinant, Sherlock Holmes a vu ses aventures être multipliées d’abord en littérature avant d’envahir les écrans de cinéma et de télévision. Le personnage créé par Sir Conan Doyle, objet d’un véritable culte, voit chacune de ses nouvelles aventures sous la plume d’un nouvel auteur est très attendue par les aficionados.

Dans ce Complot de Mayerling, Nicole Boeglin met l’enquêteur de Baker Street face à une icône d’un autre genre, l’impératrice Sissi. Aucune crainte à avoir cependant, le roman ne glisse jamais vers le romantisme et la légèreté que peut parfois évoquer le nom de l’impératrice et reste dans le ton d’une aventure de Holmes. Nicole Boeglin nous mène de Londres vers l’Empire Austro-Hongrois à travers des paysages somptueux parfaitement rendus par une plume fluide et riche qui se perd parfois dans de trop nombreux détails familiaux. Elle nous dresse une galerie de personnages nécessaires au récit mais cela peut nous perdre dans des noms et des titres parfois obscurs. Par contre, le traitement réservé à Holmes et Watson est des plus juste et reste bien dans l’esprit de l’auteur originel. Cette galerie de personnages est aussi le lien qui permet à l’auteur de nous faire progresser dans l’enquête mais le côté répétitif de la chose devient assez vite pesant. Malgré cela, l’intrigue reste très plaisante à suivre et nous évoluons avec plaisir auprès du duo britannique.

Là où le bas blesse concernent les parties du roman qui ne concerne pas l’enquête de façon directe mais les échanges épistolaires rapportant le lien entre le manuscrit de Watson et une autre enquête menée en 1990 par d’autres personnes. Si quelques pages placées ça et là dans le récit peuvent, d’une certaine manière donner un peu d’air, une trop forte concentration de ces échanges a tendance à perdre le lecteur dans des passages qui ne font qu’alourdir l’intrigue inutilement. Les personnages de ces parties restant très en dessous de Holmes et Watson qui demeurent les protagonistes principaux mais de manière détournée.

Ce roman est aussi le premier volet d’une nouvelle série d’aventures pour Holmes et le docteur Watson et cela est assez prometteur si l’on met de côté les trop nombreux chapitres les traitant de façon indirecte. L’ambiance générale du roman est cependant digne des autres aventures du duo iconique et les personnages principaux ne sont pas dénaturés.

L’auteur :

Inconditionnelle de Holmes, de sa logique et de sa capacité de déduction hors du commun, Nicole Boeglin signe avec ce Complot de Mayerling un premier roman bien dans l’esprit des précédentes aventures de l’enquêteur de Baker Street.

Il s’agit du premier volet d’une nouvelle série d’enquêtes pour Sherlock Holmes et le docteur Watson.

Le détail :

Placer cette nouvelle aventure de Sherlock Holmes et de Watson au sein de la cour de l’empire Austro-Hongrois permet de placer le mythique enquêteur face à un autre personnage mythique mais bien réel cette fois, Elisabeth Eugénie de Wittelsbach, plus connue sous le nom de Sissi. Pas question ici d’en faire un adversaire de Holmes puisqu’elle requiert les célèbres compétences du détective-consultant afin d’élucider la mort de son fils, quite à se mettre de nouveaux ennemis à dos.

La parenthèse :

Sherlock Holmes est une source inépuisable d’inspiration pour les auteurs. Qu’ils fassent appel au duo mythique, à certains personnages secondaires (créés par Doyle ou non) ou qu’ils se référent simplement au nom du héros ou à des « légendes » à propos de son créateur, de nombreux livres sont publiés chaque année en lien avec le détective.

Citons parmi elles le recueil Le Diable et Sherlock Holmes de David Grann ; les Dossiers Cthlhu : Sherlock Holmes et les Ombres de Shadwell de James Lovegrove qui mêle avec réussite l’univers de Doyle aux ambiances cauchemardesques de Lovecraft ou Le Testament de Sherlock Holmes de Bob Garcia également auteur de L’Affaire Mina Marten où Conan Doyle se trouve être l’agent littéraire du docteur Watson.

Sébastien L. pour MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *