Sous le parapluie d’Adélaïde (Romain Puértolas)

Coup de théâtre. 14/20

Le résumé :

Cette année, un drame se produit sur la grande place du centre ville de M. Alors que tout le monde à les yeux rivés en direction de la grande scène, une jeune femme se fait assassiner. Les indices sont maigres, mais ils accusent tout de même une personne : un employé de poste qui, à priori, n’a rien à voir avec la victime. La jeune avocate commise d’office est bien déterminée à innocenter son client. Quand elle pense avoir gagné la partie, de nouveaux éléments viennent s’ajouter au procès. Son travail d’avocate va vite se transformer en travail d’enquêtrice.

La critique :

Il n’y a pas à dire, Romain Puértolas sait nous mener en bateau. Plusieurs fois, il nous prouve qu’il sait choisir ses mots avec minutie pour nous induire en erreur. Le dénouement est une véritable surprise et la fin nous laisse tout simplement sans voix !

Pourtant, plusieurs fois lors de ma lecture, j’ai été déçue, énervée, fatiguée… Il va sans dire que je n’aime pas beaucoup son style. En effet, des détails m’ont vraiment dérangée. La narratrice s’adresse directement au lecteur et ce n’ai pas quelque chose que j’apprécie. La lenteur de la détective est également exaspérante… Et à maintes reprises ! Préférant divaguer sur ses petits plaisirs personnels plutôt que sur l’affaire en cours. Le dernier point qui m’a particulièrement exaspéré étant les détails de la vie de Rose Rivières… Certains s’amuseront peut-être, pour ma part, j’aurai bien volontiers sauté ce passage. Je comprends tout à fait la démarche de l’auteur (que vous comprendrez également en lisant les remerciements), mais quand je lis une enquête, je ne veux pas tomber sur des scènes aussi déroutantes.

L’intrigue est toutefois très intéressante. Les doutes vont de l’un à l’autre des suspects au fur et à mesure que nous découvrons des éléments de l’enquête. De petits détails peuvent nous mettre la puce à l’oreille mais ils sont maigres. Le mystère autour d’Adélaïde nous suit tout au long de l’intrigue. Et une nouvelle fois, nous tomberons de haut en découvrant toutes les manigances de l’auteur.

Pour ce qui est du final, il ne va sans dire que je suis déçue… Mais cela n’appartient qu’à moi et il est difficile de me contenter là-dessus. Et encore plus quand l’auteur veut être original ! Pour ceux qui aiment être surpris, cette fin est pour vous, elle est tout bonnement incroyable, je vous l’assure. Un joli twist final.

L’auteur :

Romain Puértolas s’est fait connaître grâce à son livre au succès international qui a été adapté au cinéma en 2018 : L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea.

Le détail :

Je vous ai déjà parlé des remerciements de l’auteur un peu plus haut… Il est rare que je les lise car bien souvent, il ne s’agit que d’une liste de noms. Mais pour une fois, la longueur m’a intrigué. Et ils accompagnent parfaitement ce roman. Alors, je ne peux que vous inviter à les lire !

La parenthèse :

L’auteur fait référence à l’un de ses livres et je n’y aurais pas fait attention si je n’avais pas lu sa biographie. En effet, rapidement, il est question de La police des fleurs, des arbres et des forêts. Un livre où vous pourrez également rencontrer Martine Moinard, la narratrice de ce roman.

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *