Tartes aux pommes et fin du monde (Guillaume Siaudeau)

Un roman plein de poésie, empreint de mélancolie! 16/20

Synopsis

Un homme tombe amoureux grâce au code-barres d’une boîte de maquereau. Et rencontre en même temps un collègue avec des rêves plein la tête qui va devenir son ami. Après avoir vécu le bonheur à leurs côtés tout en savourant les tartes aux pommes de sa propriétaire, il perd tout. L’homme tente alors de traverser cette phase de sa vie, avec les embûches que cela implique, en se rattachant à un curieux nouvel ami…

Critique

Tartes aux pommes et fin du monde. C’est en lisant ce drôle de titre que j’ai eu envie de me plonger dans cette histoire. On se laisse facilement embarqué dans l’univers décalé de Guillaume Siaudeau. Il raconte la vie de cet homme à travers des passages humoristiques, qui font sourire le lecteur, ou avec des moments plus gaves. C’est avec ce tandem que l’auteur joue tout au long de son roman. Il oppose ainsi  sans cesse les petits bonheurs et les gros malheurs. Ce que reflète d’ailleurs le titre du livre.

Etant donné que ce roman évoque le récit quotidien d’un homme, il n’y a pas vraiment d’intrigue. Mais ce qui fait la force du roman est la plume du poète qu’est Guillaume Siaudeau, nous livrant un texte plein de fantaisie avec des moments de tendresse : au début du roman, qui traite de l’enfance du narrateur, il cherche à faire voler son chien avec des ailes en carton, car il est persuadé que son père ne boira plus d’alcool si son chien s’envole dans les airs.

Cette naïveté touchante, propre à l’enfant, ne quitte qu’à moitié le narrateur dans sa vie d’adulte. En effet, ses pensées sont quelques fois farfelues et enfantines. Pour exemple: « Pour que le monde tourne bien rond, il aurait peut-être tout simplement fallu que toutes les ruptures aient le goût sucré d’une tarte aux pommes ». On ne peut alors qu’éprouver de l’empathie pour ce personnage sensible, qui observe la vie différemment. Mais derrière ces pensées, auxquelles on a accès puisque l’histoire est écrite à la première personne, on comprend que c’est un homme en mal-être qui essai juste de vivre dans un monde où il ne se sent pas forcément à sa place.

C’est un premier roman qui en impose par la force des émotions qui s’en dégagent, tantôt gaies, tantôt déstabilisantes. En racontant avec poésie la vie de ce personnage torturé, Guillaume Siaudeau dévoile une ode à l’existence.

L’auteur

Guillaume Siaudeau, né en 1980, est un poète et romancier originaire de la Roche-sur-Yon. Il fonde la revue de poésie Charogne et participe à plusieurs ouvrages collectifs. Comme le recueil de photographies Somewhere paru en 2013. Tartes aux pommes et fin du monde (Pocket) est son premier roman, publié en 2013 et réédité en 2015 chez Pocket. Il a été sélectionné pour le prix René-Fallet, et présélectionné pour le prix du premier roman du festival de Chambéry.

Le détail

La couverture de cette réédition est plus parlante concernant l’histoire, que celle de 2013. Un chien avec des ailes, une boîte de maquereaux, un poisson sortant d’un revolver… Ce choix d’illustrations donne tout de suite le ton : un roman où la réalité et l’imaginaire du narrateur se mélangent, pour un livre très poétique qui transporte le lecteur.

La parenthèse

Guillaume Siaudeau nous emmène encore plus loin dans son univers décalé et un brin absurde, avec son roman, La Dictature des ronces. L’auteur choisi une fois de plus un personnage mal dans sa peau, qui passe ses vacances d’été dans une étrange île où vivent des personnages insolites : des chasseurs d’étoiles, des alcooliques anonymes tenant un cirque ambulant… Avec sa fantaisie, Guillaume Siaudeau se fait une place dans le milieu littéraire, et nous prouve qu’il est un écrivain prometteur!

MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *