Tokyo Ghoul (Sui Ishida)

Tokyo Ghoul : Un scénario original dans un monde glauque pour un manga horrifique prenant et immersif!

20/20

Synopsis :

 

Tokyo Ghoul : D’étranges créatures sont apparues dans la ville de Tokyo. Ces goules se nourrissent de chair humaine et prennent l’apparence d’humain pour se fondre dans la masse. Un jour, Ken Kaneki, un jeune étudiant de 18 ans, se fait attaquer par l’une de ses goules et subit de graves blessures. Ses organes étant sévèrement touchés, il ne doit sa survie qu’à la greffe d’organes de goules qu’il a reçu. Seulement, cette greffe va apporter de grands changements dans la vie de Ken Kaneki. Peu à peu, il va se rendre compte qu’en plus d’être devenu un hybride mi-humain, mi-goule, il ne peut plus se nourrir comme avant.

 

Extraits :

 « – L’oiseau cherche à se dégager de l’œuf. L’œuf est le monde. Celui qui veut naître doit détruire un monde. »
 
 
« – J’ai du mal à te comprendre, Ken… Pour nous les goules, les humains sont juste… de la nourriture… Comme les porcs ou les bœufs pour les hommes… Tu t’amuses à faire ami-ami avec du bétail ? »
 

La critique: 

 

  Tokyo Ghoul est un manga au scénario assez original. En effet, les humains doivent faire face à une menace : des goules assoiffées de sang et de chair humaine. Chaque nuit, ces créatures partent en quête d’êtres humains afin de les dévorer, tout simplement. L’histoire débute aux côtés du jeune Ken Kaneki. Un jour, il se fait attaquer par l’une de ces goules et se retrouve à deux doigts de la mort. Son salut est dû à une greffe d’organes de goules pour remplacer ses organes détruits. L’ambiance est sombre, glauque et bien loin des mangas d’amour et de romance. Après avoir été greffé, Ken Kaneki va vite se rendre compte que de nombreuses choses ont changé dans sa vie et en particulier sa façon de se nourrir. Il va devoir assouvir ses pulsions dans un monde nocturne totalement différent.

 

Le scénario de Tokyo Ghoul est bien ficelé et il n’y a pratiquement jamais de baisse de rythme grâce aux combats qui nous tiennent en haleine. L’univers horrifique est parfaitement maîtrisé et devient très vite immersif. Ajoutez à cela une bonne mise en scène couplée à un scénario original et accrocheur, que demander de plus ?

 
Les personnages, qu’ils soient principaux ou secondaires, sont tous attachants. Chacun possède sa propre personnalité et leur psychologie a été clairement étudiée. Aucun personnage n’est relégué au second plan ou en toile de fond, tous ont une vie, une histoire. C’est ce qui rend l’histoire si prenante et immersive.
Les dessins, quant à eux, reflètent bien l’atmosphère oppressante et pesante de Tokyo Ghoul. Le rendu graphique donne vraiment bien, les planches sont bien dessinées et les effets d’ombrage accentuent encore plus l’univers sombre du manga.
 
En bref, nous sommes face à un manga horrifique très bien mis en scène qui devrait plaire à de nombreuses personnes tant l’histoire devient rapidement prenante. Avec un style accrocheur, un scénario original et des dessins de qualité, nul doute que Tokyo Ghoul deviendra vite un incontournable du genre.
 

L’auteur:

 
  Sui Ishida est un mangaka né dans la préfecture de Fukuoka, au Japon. Après avoir reçu le Prix d’excellence au 113ème Grand Prix du magazine Young Jump grâce à son one-shot nommé Tokyo Ghoul Rize, il a décidé de l’adapter en manga, connu sous le nom de Tokyo Ghoul et reprenant le même scénario.
 

Le détail:

 

  Tokyo Ghoul est un manga qui a connu une adaptation en anime et se décline en deux saisons de douze épisodes chacune. En plus de cela, le manga est également adapté en OAV (Original Video Animation) nommé Tokyo Ghoul: Jack. Mais là où Tokyo Ghoul fait fort, c’est qu’il est également adapté en light novel (au nombre de trois), en livre d’illustration, en jeux vidéo (au nombre de deux) ainsi qu’en pièce de théâtre ! Le manga a également reçu plusieurs distinctions dont celle du meilleur anime, du meilleur générique et du meilleur seinen.

 

La parenthèse: 

 
  Tokyo Ghoul est un seinen, ce qui veut dire qu’il est avant tout destiné à un public masculin âgé de 15 à 30 ans. Il s’agit donc d’un manga plutôt sombre visant des lecteurs assez matures. Par conséquent, si vous aimez le style de ce manga, nous vous conseillons de lire d’autres œuvres telles que Death Note de Tsugumi Ōhba, Kuroshitsuji, Black Butler de Yana Toboso ou encore Ao no Exorcist (Blue Exorcist) de Kazue Kato.
 
Masscritics
L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
  Page Facebook : Masscritics
 Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *