Un sandwich à Ginza (Yôko Hiramatsu)

Une mise en bouche originale! 13/20

Le synopsis

Un sandwich à Ginza (Picquier) : Ce livre n’est pas un roman à proprement parlé. Il s’agit d’une sorte de voyage culinaire rédigé de manière littéraire et divisé en petits chapitres mais sans réelle histoire autre que le fil conducteur de la gastronomie japonaise.L’auteur nous emmène dans un périple culinaire en balisant la démarche au fil des saisons et des ingrédients propres à chacune d’elle.Différents mets et ingrédients exotiques sont présentés et mis en scènes via le lieu et le contexte dans lequel ils sont savourés.

La critique

J’ai été un peu perturbée dans ma lecture par le fait de ne pas trouver de réel fil conducteur. Le livre aborde clairement l’aspect culinaire spécifique du japon. C’est plaisant et dépaysant mais parfois un peu trop. Certains ingrédients m’étaient vraiment étrangers et rien n’est prévu pour éclairer le novice (malgré une bonne connaissance de la cuisine asiatique et l’utilisation fréquente d’ingrédients exotiques). Certains aliments me sont donc restés inconnus à cause de leur description sommaire, chose assez frustrante. Heureusement que je connaissais déjà le Mirin, le miso,…. Car savez vous ce qu’est la pétasite ? Non ? moi non plus, pourtant je l’ai accompagné sur plusieurs pages de lectures…et j’ai dû me renseigner sur internet pour trouver la réponse, dommage.

Passé la moitié de l’ouvrage, la manque de fil conducteur lié à une histoire ou une trame spécifique m’a dérangée. Les personnages ne servent que de « supports » à la nourriture et cette absence de scénario a, très personnellement, assez rapidement diminué mon intérêt.

Je pense que cet ouvrage peut plaire aux grands amateurs de cuisine japonaise, qui s’y connaissent déjà voir qui ont déjà eu l’occasion de séjourner sur place, la lecture prenant alors peut être la fonction d’un rappel gustatif poétique.

L’auteur

L’auteure est japonaise, elle est née en 1958. Elle a fait des études de sociologie avant de devenir journaliste littéraire et culinaire. Ce roman est son premier livre traduit en français. Un de ses précédents ouvrages, non encore traduit, à reçu un prix littéraire.

Le détail

Le « roman » est ponctué de pages de petits mangas venant illustrer les mets qui viennent d’être présentés. Ce détail donne un souffle d’exotisme et d’originalité à l’ouvrage. La couverture proposant un dessin doux dans le style bien spécifique des mangas est également très jolie et laisse déjà présager du voyage que va nous offrir la lecture.

La parenthèse

Les nombreuses illustrations, la couverture et les planches de manga venant étayer la lecture sont de la main de Jirō Taniguchi, un célèbre mangaka (auteur-dessinateur de manga) japonais. Il avait plus de 70 ouvrages à son actif lors de son décès en 2017 à l’âge de 70 ans.

Marie pour MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *