Victime 2117 (Jussi Adler-Olsen)

« Il faut profiter de la vie pendant qu’elle est là… et mourir de quelque chose… » 16/20

Le synopsis :

Victime 2117 (Albin Michel) : Elle, c’est une vieille femme venue s’échouer, morte, sur les rivages de la Méditerranée d’une île chypriote…mais qui est-elle ? une réfugiée ? une victime ?

Elle, c’est celle qui redonne la flamme et l’envie à un journaliste espagnol, au bord du gouffre et du suicide, de renouer avec le « succès » …

Elle, c’est l’excuse toute trouvée pour un jeune déséquilibré, un hikikomori danois, de trucider sa famille et décapiter des inconnus…

Elle, c’est Lely Kakabi, qui a sauvé l’inspecteur Assad du Département V de la police de Copenhague et sa famille de la police secrète de Saddam Hussein… et va l’obliger à dévoiler son passé qu’il taisait jusqu’ici…

Elle, c’est surtout la clef qui permet à un chef djihadiste irakien, dont la cruauté n’a d’égal que son machiavélisme, de préparer un attentat terroriste de grande envergure…devant les yeux d’Assad, l’ennemi dont il souhaite se venger… Elle, c’est la Victime 2117, par qui tout commence et tout finit…

La critique :

La recette du succès des polars de l’auteur danois Jussi Adler-Olsen, que j’ai eu la chance de rencontrer lors de la remise des prix du Livre de Poche 2012, en tant que membre du jury, tient à quelques ingrédients : une intrigue à tiroirs, des personnages attachants à la psychologie complexe, des dialogues truculents à l’humour décalé et des thématiques renouvelées à chaque roman. Mais son dernier opus, Victime 2117, détonne : l’intrigue tend vers le roman d’espionnage. Hafez el Assad, l’inspecteur d’origine irakienne, qui depuis une décennie, est l’un des fils rouges de la série du Département V, le fameux service de police chargé d’élucider les vieilles affaires non résolues, et l’un des personnages les plus attachants et intrigants, en est le cœur du scénario qui porte sur son douloureux et lancinant passé.

L’intrigue permet d’éclairer son parcours de vie et sa carrière militaire de mercenaire. On découvre un homme brisé par la disparition de sa famille aux mains d’un certain Ghaalib, redoutable djihadiste. Il est vrai que de découvrir Assad sous cet angle, en proie aux plus vives souffrances psychologiques, faisant montre de faiblesses jamais dévoilées, est difficile à encaisser, lui toujours jovial et d’humeur constante.

Parallèlement, ses coéquipiers, Carl, Rose et Gordon recherchent activement l’identité et l’adresse d’un jeune détraqué de Copenhague, reclus dans sa chambre face à son ordinateur et à son katana, et qui menace de perpétrer un carnage au Danemark lorsqu’il aura atteint le score de 2117 points à son jeu en ligne…pour, soi-disant, venger la mort de la vieille femme émigrée.

Avec près de 600 pages, l’auteur nous lance dans un compte à rebours haletant contre de terribles menaces, qui nous fait voyager par-delà Copenhague, de Chypre à Barcelone, en passant par le Moyen-Orient, sa violence et ses tortures, pour finir en Allemagne, de façon explosive ! La tension est omniprésente et Victime 2117 se fond dans une triste réalité et actualité qui mêlent terrorisme, migration, radicalisation et vengeance.

L’enquête est rythmée, captivante, le suspense omniprésent et crescendo ! Je me suis presque crue en caméra embarquée sur les nombreuses scènes d’action ! Le style d’Adler-Olsen est si précis, rythmé, structuré, qu’on vit les aventures des personnages, partage leurs émotions et réactions. On est plongé dans le scénario, aux premières loges…

Pour autant, ce huitième opus du Département V n’est pas mon préféré. En effet, au regard de l’intensité de l’action principale, il m’a semblé difficile de relier l’intrigue secondaire autour du jeune hikikomori à l’enquête menée par Assad. Néanmoins, j’ai retrouvé Rose, avec plaisir, qui m’a encore régalée avec sa ténacité, son sens pratique et ses réparties.

Ceci étant, pour les amateurs de sensations fortes et les fans de l’écrivain danois, je vous recommande ce pavé qui traite des thèmes d’actualité et notamment du terrorisme sous deux facettes : celle d’un attentat à grande échelle et la planification d’une tuerie de masse.

Dès les premières pages, il est impossible de décrocher de ce thriller sombre et intelligent tant l’auteur nous piège dans sa toile de noirceur à rebondissements qui s’enchaînent et nous entraînent… Victime 2117 est un roman addictif, un véritable page-turner, que l’on referme dans l’attente du prochain scénario des aventures des acteurs du Département V.

L’auteur :

Carl Valdemar Jussi Adler-Olsen, né à Copenhague, le 2 août 1950, est sûrement l’artiste qui vend le plus de livres dans son pays. Avec plus de 23 millions d’exemplaires vendus dans le monde, Jussi Adler-Olsen, Grand Prix policier des lectrices de « Elle » et Prix polar des lecteurs du « Livre de Poche », est une star sur la scène du thriller, publié dans près d’une quarantaine de pays. En 2010, il a reçu le prix le plus convoité au Royaume du Danemark : « De Gyldne Laurbær » ou les lauriers d’or des libraires !

Après avoir été le guitariste d’un groupe de musique pop, Jussi Adler Olsen, en véritable touche à tout, s’est essayé à la médecine, puis aux sciences politiques, à la sociologie, a étudié le cinéma, mais aussi les mathématiques (1970-1978). De 1978 à 1989, il a travaillé comme rédacteur, éditeur et traducteur. En 1997, il a publié son premier roman policier, L’Unité Alphabet, qui est devenu un best-seller. Puis, il a enchaîné avec Miséricorde, en 2007, couronné par les prix scandinaves les plus prestigieux, de « La Clé de Verre » aux « Golden Laurels des libraires », Délivrance, en 2009 qui a reçu le Prix du meilleur Thriller scandinave ainsi que le Prix des libraires danois. Dossier 64, en 2010, a réalisé la meilleure vente de livres au Danemark. L’Effet Papillon, en 2012 et Promesse, en 2014, ont connu le même succès en librairie. Les quatre premiers tomes de la série ont été adaptés au cinéma. Avec Victime 2117, il en est à son 8ème polar dans la collection des enquêtes du fameux Département V.

Le détail :

Ce huitième tome est consacré au personnage le plus énigmatique de la série Département V et de la littérature policière nordique, l’inspecteur Assad aux célèbres proverbes de chameaux.

En mars 2020, Victime 2117 a été publié aux États-Unis. Le thriller a été très bien accueilli par les lecteurs et les critiques. Entre autres, « The New York Post » a présenté le livre comme l’un des quinze meilleurs livres qui peuvent être lus à notre époque d’isolement social.

La parenthèse :

La construction narrative de Victime 2117 n’est pas sans rappeler les thrillers de Robert Ludlum ou de Lee Child, ce qui donne un polar au rythme effréné, nourri d’une réflexion sur la violence, sous toutes ses formes et la force indéfectible des liens familiaux et amicaux.

À savoir… Rose est l’un des personnages préférés de Jussi Adler Olsen et les deux prochains opus et derniers porteront sur Carl Mørck et le Département V himself !

Murielle Trouve pour MassCritics

L’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Votre note?
Page Facebook : Masscritics
Page Instagram : Masscritics

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *